Reggiani par Eric Laugerias

Reggiani
Par Eric Laugerias

 

Conçu et mis en scène par Eric Laugerias et Judith d’Aleazzo
Piano, accordéon Simon Fache

« Reggiani » est un grand moment de théâtre, où le chant devient Verbe, où la scène devient cercle poétique. Il est né de l’amour de ces deux artistes que sont Eric Laugerias et Judith d’Aleazzo pour Serge Reggiani. Mais ce moment, créé là, va bien au-delà. Il est des artistes qu’on ne peut pas juste évoquer. On les invoque, on les déploie, pour aller plus loin, pour ouvrir un chemin infini vers une poésie toujours à venir.
Vous aimez Serge Reggiani … ou vous ne le connaissez pas ? Que ce nom soit de votre monde, ou non, qu’importe ! Allez vite, très vite, voir « Reggiani » dans mise en scène conjointe de Judith d’Aleazzo et Eric Laugérias, mise en jeu si juste qui ouvre tous les possibles, qui fait entrer le chant dans le théâtre, qui fait parler le chanteur avec le piano, fait respirer le comédien par la musique, fait entendre ces mots chantés en Verbe poétique.
Et vous découvrirez qu’un grand comédien peut faire entendre d’un texte ce que l’on n’en avait pas saisi, ou oublié quelque part, rangé dans de vagues souvenirs, émouvants ou drôles. Mais là, soudain, se déploie l’intensité d’un univers qui nous porte bien au-delà de ce que même l’on croyait connaître. Et « Reggiani » est un moment rare de théâtre où des mots, écrits un jour par quelqu’un se voient tant aimés par un artiste transporté, qu’ils se transforment en poésie universelle.
Et soudain, vous ne saurez plus s’il faut rire ou pleurer… Oui, vous allez pleurer, très vite, et puis rire, au rythme d’après, pour retomber au souffle suivant dans une émotion venue du plus loin de vous, du plus loin de nous tous. Et vous comprendrez, bien après, peut-être, ce qu’il y a à comprendre, à « prendre » là : que rire c’est pleurer, et pleurer c’est rire ; que, quand c’est le poète qui raconte le monde, même terrible, alors même quand inexorablement le temps passe, il y a toujours du temps qui reste. Il y a de ces comédiens qui savent nous faire entrevoir les terreurs du monde par l’intensité d’un mot, qu’il soit d’amour ou d’humour , mais aussi nous emmener vers la lumière au-delà des larmes. Eric Laugérias est de ceux-là, et ils sont rares.
Les auteurs sont souffleurs de poésie et les artistes qui les incarnent deviennent des miracles éphémères sur cette scène du temps suspendu qu’est le théâtre. Offrir ainsi l’univers de Serge Reggiani , c’est ne pas laisser les artistes partir seuls vers leurs coulisses, ne pas laisser les souffleurs dans l’ombre. Voilà qui a un nom, la Mémoire : ni hommage référentiel, ni évocation , « Reggiani » est simplement, intensément, la création d’une mémoire vivante, l’affirmation que ces textes-là sont poésie vouée à un éternel retour.
Et vous recevrez ces textes comme un monde de poésie, bien au –delà d’un « tour de chant », parce que ce spectacle est un don, parce que ces mots offerts sont sortis du corps et sortis de l’âme d’ un immense comédien qui chante ses mots comme on raconte des souvenirs d’enfance, la sienne et la nôtre. Et monte en nous comme une prière du petit enfant que nous sommes encore : « donne-moi la main, Monsieur, s’il te plaît, emmène-moi vers la lumière, emmène-moi des larmes au rire.. ».
Oscar Wilde a écrit quelque part, « Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d’entre nous regardent les étoiles » ; Quand Eric Laugerias habite l’univers de Reggiani, et nous en ouvre ces portes inconnues, il prend l’enfant que nous sommes par la main pour lui raconter des histoires à lui faire voir des étoiles qui ne quitteront jamais son âme.
Sophie Demichel-Borghetti

Reggiani Par Eric Laugerias
Conçu et mis en scène par Eric Laugerias et Judith d’Aleazzo
Piano, accordéon et musiques Simon Fache
Théâtre du chien qui Fume- Avignon – 12h20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *