Les Vies de Swann- Avignon 2019

« Les vies de Swann » Avignon 2019

Création de Marc Citti

« Le temps n’a rien à voir avec le bonheur »

Nul ne ressort indemne d’une plongée dans l’imaginaire des possibilités infinies d’une vie humaine, miroir de toutes nos vies. Un fils fait rêver son père. Un père imagine, déroule les vies d’un fils tant aimé, pour le meilleur… mais aussi pour le pire.

Ce que se racontent, seuls, un père et son enfant, sans mots, par-delà les temps, ce secret qui les lie,  là est un univers qui n’existe qu’en voyage de scène. Là est ce voyage que nous offre « Les vies de Swann ».

 Le théâtre est parfois le lieu où l’invisible devient visible, l’espace improbable où apparaissent, éphémères et brusques, les images tendues sur les fils de nos rêves. Et c’est plus heureux que l’on en revient; on n’en ressort pas indemne, mais nourri. Et la force de l’amour prend le pas sur l’inquiétude, sur toutes les inquiétudes de nos devenirs en ce monde, comme si faire advenir en scène les multiples possibilités de ce qui sera ou ne sera pas – qui le sait ? -, faisait de nos vies mêmes un éternel retour toujours possible.

Les dystopies oniriques de Swann  nous donnent à voir toutes les vies possibles dans les plis de la vie de ses personnages, rêveries sorties de l’innocence de l’enfance, de celles aussi qui soulèvent les vraies questions à poser aux « grands ».

Ce sera de joie que nous rirons, bien sûr, devant les aventures, farfelues ou non, improbables ou bizarres de cette famille qui n’en finit pas de devenir, pour nous, devant nous. Pourtant,  l’inquiétude sera là, toujours : celle de ce que nous avons osé ou raté, ce souci pour les enfants que nous aimons, pour la trace que nous laisserons; inquiétude inévitable dès que l’on aime ne serait-ce qu’un peu, si tragique dès que l’on aime vraiment.

Mais la vitalité résiste ; cette vitalité d’un « vouloir-vivre » toujours présent, dans les inventions et l’énergie infiniment récurrente des comédiens, qui est là, qui ne lâche rien, et qui résiste à ce souci de la fin pointant insidieusement dès que l’on évoque le  temps qui passe. Cette force-là résiste à l’inquiétude propre à notre humanité. C’est cette résistance qui fait des « Vies de Swann »un grand moment de théâtre.

Il est très difficile d’écrire pour soi. Mais Marc Citti n’écrit pas « pour » lui, ni pour « parler de lui », pour raconter sa petite histoire à soi. Il  écrit  pour un au-delà de soi, pour  d’autres que lui, ces autres qu’il devient en jouant ses propres mots, acteur « double » de lui-même. Il sait faire d’une langue en actes une arme propre à aller au-delà d’une inquiétude devant la vie, une arme cathartique. Et il sait le faire dans le sublime et la poésie ; dans le sublime, parce qu’il affronte les affres inconnues du temps et avec la poésie d’un imaginaire enfantin qui ne s’avouera jamais vaincu.

Aristote a écrit “ Le rôle du poète est de dire, non pas ce qui a eu lieu réellement, mais ce qui pourrait avoir lieu dans l’ordre du vraisemblable ou du nécessaire…”. Celui qui a écrit « Les vies de Swann remplit ce rôle. Et « Les vies de Swann » ne pourrait pas être cette fable, en même temps poétique et réelle, agissante devant nous, pour nous, sans cet acteur incroyable qu’est Marc Citti, capable de rester puissamment présent, d’irradier sur scène…tout en s’absentant de lui-même.

Ce spectacle est jusqu’au bout porté par ce comédien/auteur, habité par ses multiples déplacements dans le temps, à la fois mis en jeu et mis en abyme, comme hors de lui-même,  poursuivi par les prolongements de soi que sont sa famille, son métier, que l’on retrouve en boucle, indéfiniment métamorphosés.

Et surpris par ces péripéties, entraînés à notre tour dans cet éternel retour, c’est heureux, bien plus heureux que l’on ressort des « Vies de Swann », toujours nourris du  bonheur d’être là encore, d’exister toujours dans ces vies qui vont et viennent, dans nos vies devenues plus belles grâce à ces instants-là.

Sophie Demichel-Borghetti

Les vies de Swann

Création de Marc Citti

Théâtre des Béliers- 20h15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *