Le cinquième numéro de la revue Musanostra

L’éditorial de Marie-France Bereni-Canazzi

Eté, voyage et affluence, plage ou pavés, soucis et petits bonheurs, saison touristique et lamentable actualité Voilà ce que voient les lecteurs chroniqueurs de Musanostra, ceux qui seront bientôt loin, ceux qui restent, ceux qui lisent des livres papier, ceux qui sont passés à la «liseuse» et les autres, internautes du bout du monde ou participants réguliers , fidèles de nos rendez-vous. On relit ses classiques, on cherche à comprendre avec les anciens ou à tourner la page avec les contemporains. Qu’importe, même si les clés manquent, même si on se sent impuissant et inutile, lire dévoie et on veut se distraire un temps. Là est peut-être l’horrible danger de certaine lecture. Ou sa force. Cette fois nous avons choisi d’observer les touristes, d’aller à la mer, de lire des romans tout juste parus, surtout ici, des poèmes, de vous donner à lire aussi le texte remarqué d’une jeune fille de moins de 17 ans , d’aller au cinéma avec le film «Les Exilés», de surprendre une création, Fugue, alliant peinture et poésie, de souligner le travail d’un peintre qui voyage aussi à sa façon avec ses «Acelli». Avec Jacques Fusina et Rutebeuf les échos du Moyen Age disent l’atemporalité des beaux textes et leur fructueuse réappropriation en langue corse. On vous donne aussi des nouvelles du Concours 2016 et la possibilité en photocopiant les formulaires de devenir adhérent à l’association Musanostra ou de mettre votre publicité ou votre logo sur notre support Musa Nostra revue numérique et papier. De quoi passer un petit moment de détente littéraire. Ensemble. Belles lectures ! Belles découvertes !

Lire le cinquième numéro de la Revue Musanostra.