La belle de l'étoile, roman de Nadia Galy

LA_BELLE_DE_L_ETOILE_couv_RL_140x205

Comment faire revivre un amour après le suicide dont on est la cause d’un amant incompris…Amoureuse de l’amour qu’il lui donnait, elle ne voulait pas entendre son appel, quitter son fiancé, elle qui n’avait jamais quitté personne, par lâcheté, par humanité, par habitude, pour ne pas faire comme sa mère qui l’avait abandonnée.. Comment dire ce qui n’a pas été dit, expliquer..Expliquer encore, recommencer…Et se punir, disparaître…
Elle a choisi Saint pierre et Miquelon…Le bout du monde. Là bas, toutes les semaines, elle se fait adresser, une par une, dans l’ordre du temps de cet amour, les lettres qu’il lui avait écrites, elle relit les mots déjà lus, s’imprègne encore de lui. Et toutes les semaines, elle lui répond… Aiguilleur du ciel dans un aéroport où se posent deux avions par jour dans les brumes d’îles perdues au large de Terre Neuve, elle se met à l’unisson de la solitude d’une ville-village endormie, bercée par les tempêtes, enfouie dans la glace et la neige, sans horizon ni avenir, comme elle.. Ne plus se nourrir, se décharner peu à peu, rester nue dans la nuit, alcools, Lexomil, attente du courrier…Une idée originale, la description minutieuse d’une déchéance voulue, d’un corps qui se délite, du temps qui passe dans nulle part, des habitants qui essayent de vivre loin de tout, des paysages, de la mer et de la brume qui recouvre le monde. Une écriture riche, dense, rapide, poétique…On pense aux écrivains japonais, à Yoshimura..
Tout cela suffisait à faire un roman tragique et profond, harmonieux et poétique, de désespérance, de brumes, d’amour perdu, de glaces, de silence et de vagues…Une affaire d’éternité qui, à mon avis, cadre mal avec les explications un peu laborieuses sur le passé, la filiation, les retrouvailles et le happy end.
Mais Nadia Galy est un écrivain dont on parlera.

                                                                                                    Pierre Lieutaud
 
                                                                                                          unnamed (5)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *