Joyce Carol Oates : pour vous mesdames il fallait que j'en lise un, ça a été La fille du fossoyeur

Lafilledufossoyeur
 
 

Depuis le temps qu’on l’évoquait; j’ai réparé cette lacune, j’ai lu cette américaine née en 1938, qui est inscrite sur la liste mensa , qui a enseigné à l’université et est surtout connue pour ses œuvres littéraires.

Blonde (sur la vie de Marylin Monroe)  ou Chutes ont été des succès retentissants, que je n’ai pas lus , je ne sais pourquoi mais probablement parce que d’autres au même moment m’ont happé ! Bon dernièrement, dans l’une des dernières librairie de Bastia, j’ai trouvé celui ci, assez volumineux et je l’ai lu en 4 jours ( il n’est pas tout récent ! )

J’ai trouvé histoire un peu ennuyeuse, avec beaucoup de moments attendus, un aspect légèrement gothique quand on lit les pages sur le travail du père au cimetière,  et des accents romantiques qui m’ont lassé quand les hommes tombent amoureux d’elle, la veulent à tout prix (cadeaux, argent…). Il y a une dose me dira t-on de réalisme mais si infime, le rappel de l’holocauste, le thème de l’exclusion, le fils génial virtuose qui gagne les prix de musique les plus prestigieux , le beau père amoureux d’elle, la fortune qui lui est offerte (là j’ai failli tout lâcher ) et même une histoire de crime digne de Détective , style docteur Petiot ou Landru. Un peu grand guignol, tout ça !

j’ai fini ce roman  pour de mauvaises raisons car jamais je ne me suis dit « que c’est bien écrit » ni « quelle idée de génie » ! En fait on cherche à savoir ce qui va arriver, on a l’impression de suivre un feuilleton du 19 e siècle et on veut se rincer l’œil à suivre une histoire rocambolesque

je vais en lire un autre, je suis sans doute trop dur là ! A ce moment là mon avis sera plus nuancé – et  argumenté, je pourrai juger

Albert Filippi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *