"Sorte ingrata", di Maria Madalena Poli-Bonifaci, rumanzu storicu?

lettura di Marie-Luce Calligari
scontru 2
Si puderebbe dì.
Solu chì, tale un assaghju, issa centinaia di pagine in lingua francese, tocca à l’universale.
Incastunata da una piuma sgualtra è assenata, ogni parola scelta, puntella ist’omaggiu à un giovanu corsu, cunscrittu ind’u frattempu di a seconda guerra.
Donu, testimunianza magnifica, puetica assai, à quelli ch’anu fattu, vissutu, a guerra.
Ma, s’ellu nascì, cum’è tant’altri rumanzi, d’un’ombra di guerra, d’un racontu di qualchi babbu o babbone, stu librucciu cuntene u mondu.
U nostru u mondu. Un’offerta cantata da a machja, e petre, u trattu, i fiumi è da tante voce chì ci scutenanu e carne.
Ma u mondu sanu, dinù.
Infernu è paradisu, chì si ghjoca di l’omu, sparguliendulu in centu pezzi, in mille guadri, prumetenduli medaglie, muntagne d’ oru, pur di scurdassi di i so rughjoni, di u so anghjone, cum’è d’ellu stessu.
Esiliatu per via di a mubilizazione, stu giuvanottu corsu struitu, si passerà mentre 6 anni di libri -fora d’un vechju dizziunariu..- è invece di studià, cunnoscerà, in qualità di porta feriti, u macellu di e trincere

« La guerre avait ouvert l’horizon des larmes et de la poussière, collant à ses semelles une terre que son vieux chien ne connaissait pas. Sans doute lui avait-elle aussi enseigné qu’il pouvait y avoir de l’espace sans qu’il y eût forcément un décor. Un paysage, la nature structurée, porteuse de sens, n’avait rien à faire avec le nivellement et l’éclatement par mitraillage ou pilonnage de tant de choses qui se dressaient ou avaient tenté de le faire. Il avait rejoint le peuple des horizontaux. Aussi loin que possible de sa montagne dans la mer, magique elle aussi, il avait fini par devenir un personnage de Thomas Mann. »

Custì, sin’à ch’omu a si franca, si campa.
Fora di i so lochi, fora di sè stessu – in guerra, ùn’hè omu più in sè…- « le premier mort est celui qui vous tue » » (u primu mortu ghjè quellu chì vi tomba).
Eppuru, nè mortu, nè vivu, si campa listessu.
Si campa, appruntendusi à more.
« À mesure qu’il établissait ses quartiers d’outre-tombe et s’installait dans le confort exquis d’une existence posthume où tout est agencé pour le mieux, il prenait acte de l’archaïsme de son passé. La frontière entre le vécu et le supposé se mettait à trembler gentiment, puis les confusions devenaient des vérités… »
Senza ch’elli si sguassinu mai in la mente, isse fiure, issi sintimi, issi ricordi chì v’anu custituitu, aiutatu, armatu, da supranà l’atrocità.
Ma more, ùn si more micca sempre quand’omu crede…
« Une balle, deux balles, trois balles entrant de force ‎dans le même corps durci par une révolte qui n’a plus de nom, c’est une exécution, peut-être de la cruauté. Une balle entrant par surprise dans l’oreille, traversant la conscience et déchirant le centre de soi, c’est la Guerre. »
Un spechjacciu eccezziunale di l’omu, a guerra.
 
 
di
Marie-Madeleine Poli-Bonifaci, 
Sorte Ingrata,
Barrettali : À Fior di Carta, 2018
Broché, 88 pages, 12,00 €
ISBN 979-10-95053-41-5
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *