In Brunete , poème de Guidu Meria

   Qui si trattà di u tema di a guerra civile di Spagna chi purto una ripressione terribule da e milizie nere di Franco e fece vittime assai.

A Gerda Taro, reporter photographe allemand, contrainte à l’exil lors de l’arrivée au pouvoir d’Hitler, dont elle dénonçait déjà les turpitudes et le danger montant,  compagne du célèbre photographe Robert Capa. Ensemble ils couvriront les combats des brigades internationales aux côtés des républicains espagnols. Blessée gravement à Brunete près de Madrid, elle meurt le 26 juillet 1937 à l’hôpital de l’Escurial.   Elle fut la première femme photographe au monde tuée au combat. Elle est inhumée  à Paris au cimetière du Père Lachaise. Deux poêtes, Pablo Neruda et Louis Aragon prononcèrent  son éloge funèbre. 

A tous les correspondants de guerre souvent victimes malheureuses, d’hier et d’aujourd’hui.


37 in Brunete  

A so chjoma bionda si spiccavà

sopra e biade di Brunete

U pugnu alzatu ella cantava

Eramu di lugliu trenta sette

Intunàva di Riego a canzona 

In mèzu a i cumbattanti di tutte e nazione

Ci vulia a testimonia      

Gerda Taro era u so nomme 

Paesi brusgiati, omi feriti 

Di Terruel  a Guadalajara

Tanti ritrati tremendi

Nanti i chjassi di u sperà

L’ultimu ghjornu di a bataglia

A terraghjola cantava

Un surrisu fu l’ultima fiura

Di Gerda nanzu a so ferita

I corbi demogni giravanu

Ind’e l’aria turchina

Un si sentia piu un’ ansciu 

Chi l’ombra nera minacciava

L’estate si tacce in Brunete

Brutta ghigna e stonde penose

Perch’ella mai un’si spingà

 A cunscenza demucràtica

A so chjoma bionda

Si spiccavà sopra e biade di Brunete

Palisàva sott’a mitraglia

Eramu di lugliu trenta sette

E notte fonda in Brunete 

E tu in Pariggi dormi in pace 

Cum’ Antonio Machado u pueta 

In Collioure vicinu a so terra di Spagna

  

San Fiurenzu le 4 juillet 2018


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *