Affichage : 1 - 4 sur 4 RÉSULTATS
Articles

S’è tu guardi l’ochji

ARTICLE – Ghjuvan Marcu Riccini prisenta u libru bislingu di Ghjuvan Michele Weber Cuntrastu cù un mazzeru, pubblicatu in edizione Colonna.

Qualchi annu fà, Dorothy Carrington pensava chì u mazzerismu pudia smarisce.
Perchè a vita materialista d’oghje suprana pianu pianu certi valori tramandati da i nostri antinati. I corsi di nanzu avìanu una vita interiore d’una richezza tremenda ! A trasmissione di sti valori, di sta vita psìscica tradiziunale corsa ùn s’hè micca fatta o puchissimu …

Serebbe bè di ramentà o d’amparà à quelli chì ùn la sanu micca o chì si nè sò scurdati, ciò ch’ellu hè u Mazzerismu. Hè ciò ch’ellu hà pruvatu à fà Ghjuvan’Micheli Weber cù u so libru Cuntrastu cu un Mazzeru .

Un diàlugu originale

Stu diàlugu hè una manera originale di fà connosce sta fiura di u nostru incuscente cullettivu è ancu di l’ànima corsa. Eppo stu scontru vole dì soprattuttu chì i mazzeri esìstenu sempre. Ma cumu si pò fà per ricunnosce un Mazzeru ?
« S’è tu guardi l’ochji, ùn ti poi sbaglià ! ». L’omu hà sempre vulsutu sapè ciò chì si passa à l’al’di là è hà sempre circatu à entre in u campu di a trascendenza.In lu nostru imaginàriu corsu, ci hè un esse chì batte stu campu da l’antiluna : Hè quellu chì và à i cunfini trà u nostru mondu è l’altru mondu.

A i cunfini


Ùn ghjè micca un chaman ! Un hà pudere. Hè qualchissia chì obbidisce à una chjama, à certe voce chì sò in l’ària.Ma sà, dopu à a so càccia, qualè chì hà da more in paese. Hè un cacciadore di l’ànime. Hà una funzione.
Frà e riposte di l’omu, ritruvemu tutti l’aspetti di u Mazzerismu ch’è no cunniscimu. Ritruvemu i sonnii, a chjama, a càccia, u locu, l’acqua, l’animale ammazzatu, A Squadra d’Arozza è a Lèia cù quelli chì sò spariti …

U Mazzeru, à spessu, hè statu vistu, à tortu, cum’è un tumbadore. « Un aghju tombu a nimu ! Aghju tombu un animale chì era a so ànima. Aghju favurizatu u passaghju in l’altru mondu ! »Avemu, in pettu à noi, un omu serenu chì hà a so filusuffia pròpria è una certa nubiltà. Mette in anda u sensu, a capacità di sente.Quellu chì hà stu donu pò esse Mazzeru !« Tuttu u mondu pò esse mazzeru ! Ghjuntu à una certa riflissione, basta à vulè ! »

E ràdiche


Què, hè un sìntimu importante. Sente è sapè capì ciò chì hè in giru à noi, l’energia chì sbocca da un locu, da a Terra, da a Terra Corsa perchè u mazzerismu hè qualcosa ch’ùn si trova ch’ind’è noi ! Cercà sempre à capisce i so sonnii, à da li un sensu. Ma per esse capace d’avè sti sìntimi, ci vole à pensà cum’è elli pensàvanu i nostri antenati chì campàvanu siconti e règule nustrale. Micca quelle d’oghje, di i citadini, di a pensata ùnica : « Listessi vestiti, listesse vòglie, listesse dumande ! »

Ancu di gràzia chì l’autori cum’è Ghjuvan M.Weber ammèntanu quale sò è nostre ràdiche !
Perde sti valore vole dì perde ciò ch’è no i simu noi, tuttu ciò chì hà fattu un Populu, a Terra Nostra.


Ghjè un libru da testimòniu, da mezu di trasmissione …                                 
                                                     

En savoir plus

Ghjuvan Micheli Weber, Cuntrastu cu un mazzeru, Ajaccio, Colonna

Retrouvez d’autres articles de Jean-Marc Riccini

Amour

Articles

Même les anges aiment la mer … Rumanzu di Jérôme Camilly .

meme-les-anges-aiment-la-mer
A storia hè quella di un omu, Marc, cinquant’anni, architettu in Pariggi.
Trè donne funu impurtantissime per ellu, trè cumpagne sfarente, trà tutte e personne chì l’ anu lasciatu un ricordu :
A storia si sparte trà a narrazione, à u presente, quandu u persunaghju soffre di solitudine, è passaghji di riflessione, d’introspezzione induvè Marc piglia cuscenza chì a so vita fù un crucivia frà tutti quelli / quelle chì anu stampatu ( o più o menu ) a so esistenza.
Una scrittura linda : l’autore mi pare penserosu d’ esse lettu cun facilità : frase simplice, chì correnu d’una pagina à l’ altra è chì facenu avanza prestu a narrazione : si gjunghje à l’ ultimu cun l’ impressione d’avè lettu in furia, senza tempu persu .
Thema classicu di u famosu bilancciu di i cinquant’anni : ghjunti à st’età, guardemu tutti in daretu : U passatu, ciò chè n’ avemu fattu bè o male : sarebbe ancu un passagiu obligatoriu per pudè campà di più è forse megliu.
Ma, a nostra epica c’impone d’ esse felice senza avè più primura di u passatu, è ghjè quessu u paradossu essenziale di stu libru ! Chì a vita hè troppu corta, è chì omu deve fassi piacè prima chè tuttu! Chì ùn si deve più teme u sguardu di l’ altri, cappià tuttu, ricumincià per esse felice è solamente felice !
meme-les-anges-aiment-la-mer
È purtantu, ogni parolla di stu librettu mi rammenta « Fiure » una bellissima canzone di u gruppu BARBARA FURTUNA, fatta di nustalgia, è di visi cari …

                                                                                                 Anne-marie Sammarcelli, per Musa.

Articles

Même les anges aiment la mer … Jérôme Camilly .

Même les anges aiment la mer …
Picculu rumanzu di Jérôme Camilly .

A storia hè quella di un omu, Marc, cinquant’anni, architettu in Pariggi.
Trè donne funu impurtantissime per ellu, trè cumpagne sfarente, trà tutte e personne chì l’ anu lasciatu un ricordu :
A storia si sparte trà a narrazione, à u presente, quandu u persunaghju soffre di solitudine, è passaghji di riflessione, d’introspezzione induvè Marc piglia cuscenza chì a so vita fù un crucivia frà tutti quelli / quelle chì anu stampatu ( o più o menu ) a so esistenza.
Una scrittura linda : L’autore mi pare penserosu d’ esse lettu cun facilità : frase simplice, chì correnu d’una pagina à l’ altra è chì facenu avanza prestu a narrazione : si gjunghje à l’ ultimu cun l’ impressione d’avè lettu in furia, senza tempu persu ;
Thema classicu di u famosu bilancciu di i cinquant’anni : ghjunti à st’età, guardemu tutti in daretu : U passatu, ciò chè n’ avemu fattu bè o male : sarebbe ancu un passagiu obligatoriu per pudè campà di più è forse megliu.
Ma, a nostra epica c’impone d’ esse felice senza avè più primura di u passatu, è ghjè quessu u paradossu essenziale di stu libru ! Chì a vita hè troppu corta, è chì omu deve fassi piacè prima chè tuttu! Chì ùn si deve più teme u sguardu di l’ altri, cappià tuttu, ricumincià per esse felice è solamente felice !
È purtantu, ogni parolla di stu librettu mi rammenta « Fiure » una bellissima canzone di u gruppu BARBARA FURTUNA, fatta di nustalgia, è di visi cari …

Anne-marie Sammarcelli

Articles

Jean-Yves Acquaviva, Cent’anni, Centu mesi, Colonna Edizioni, lu par Nathalie Malpelli.

cen
 

La découverte du roman de Jean-Yves Acquaviva fut purement fortuite: une dédicace, un achat et puis l’ouvrage empilé sur une montagne de bouquins à lire. Je ne lis pas les textes en langue corse me considérant incapable d’en appréhender la finesse. Il y a eu donc dans cette lecture un enjeu qui dépasse la simple rencontre avec un texte et qui a sans doute à voir avec mon rapport avec la langue…

D’emblée ma curiosité a été attisée par le titre anaphorique qui dilue le récit dans une atemporalité qui empêche le lecteur de situer clairement l’époque du récit car dans ce dernier les pistes sont totalement brouillées: au départ, il n’y a pas de temps ensuite on pense au XIX ème siècle pour passer peut-être au début du XXème siècle et puis un anachronisme linguistique (page 61) nous perd complètement.  Cette indéfinition temporelle est accentuée par une narration interne. C’est un “je” qui se raconte et cela dès sa naissance. Le narrateur-personnage inscrit son récit dans une nature emblématique car elle s’impose au lecteur avec une force incontestable :”A ghjurnata era di e belle, caldetta cum’ellu ci vole, mancu un soffiu di ventu. A banda era spargugliata in u pratu à coglie fiurucci è arba fresca è eiu nant’à mio petra acellu. Indu issu mentre u patrone stracquatu, si ripusava. A più bella ghjurnata di a più bella stagione”. (Page 13). Il y a une forme de réjouissance de la part du narrateur qui goûte cette nature avec laquelle il est en totale harmonie. Dans ces premières pages, je crois que celui qui parle est un animal. Tout me le dit : son rapport au monde, sa relation avec celui qu’il appelle son maître et l’absence de paroles. Mais progressivement je découvre qu’il s’agit en fait d’un enfant sauvage et qu’à la mort de son père muet il devra aller vers les hommes. C’est une seconde naissance mais celle-ci sera un long apprentissage, une quête initiatique qui fait de ce texte un roman philosophique. Dans une langue poétique où s’installe souvent un rythme allitératif, où la rugosité de la langue corse exprime la violence de cette initiation aux hommes, le lecteur suit les pérégrinations de ce personnage. Traité comme un animal, il connaît les émois de l’amour avec Lena mais il ignore encore les codes des hommes. Aussi est-il confié à Petru figure tutélaire du récit qui le forme, lui enseigne ce que sont les hommes. Cela passera par l’apprentissage du langage qui inscrira notre personnage dans le camp des hommes: “Si chjamava Petru è fù ellu à aiutammi a compie a mio mutazione, u mio passeghju da cane à essare umanu. Mi fece u più bellu rigalu chi sia, quellu di a parolla”. (Page 25). L’appartenance à une identité celle de Lisandru sera une forme de reconnaissance.

Comme dans un apologue, le héros va être confronté à une série d’expériences qui vont le forger, le construire en quelque sorte. Avec Petru, il aura été initié à la vie humaine mais aussi à la mort. Ensuite, il devra faire face à ce qu’il y a de plus sombre dans notre humanité : la prison, la violence, la guerre…Kovalsky, notamment, incarne cet aspect du monde, d’ailleurs la description qui en est faite souligne la dimension négative de ce personnage : « Seccu è nudosu cum’è una ceppa scupina dissuchjata da u sole, chjucu è narbosu cum’è un cane tupaghju, chjocchirascatu, ochjineru ». (Page 61). L’amour est également au rendez-vous et dans l’évolution de Lisandru il prend d’autant plus de sens. En effet, Chjara constitue une sorte de contrepoint au personnage de Lena. Elle est aux antipodes de cette dernière : autant Lena renvoyait à un amour animal et primaire, autant Chjara est l’expression d’un amour humain sans doute plus policé.

Le dernier chapitre qui signifie littéralement à l’envers (à l’aringuarsciu) donne du sens et de la cohérence à tout le récit qui gagne en rigueur. C’est un retour aux sources avec le sentiment que tout a été dit. Lisandru sait à présent ce que sont les hommes et bien entendu qu’il faut taire la fin tant j’aimerais que vous alliez à cette lecture. Dans ce livre, il est question d’humanité. Oui, le propos est universel et pour cette raison il nous élève. N’est-ce pas là le rôle de la littérature…
                                                                                                 Nathalie Malpelli