Affichage : 1 - 2 sur 2 RÉSULTATS
Articles

Antone Ciosi, l’intimu cumunu. Antoine Ciosi, chanteur

par Marianne Laliman

Fate puru a prova : à u caffè, à u travagliu, cù l’amichi o in famiglia, pocu impreme, dumandate “ D’Antone Ciosi, chì ne pensate ? chì ne sapete ?”  Viderete… da 70 à 20 anni, ognunu hà qualcosa à dì à l’evucazione di stu nome.
À chì vi dice “Ghjè tutta a mo giuventù !”  À chì vi dice “Mi face pensà à a mo zitellina, quandu babbu passava e so canzone !” Un antru vi spiegherà chì Ciosi hè un puntellu di u cantu in Corsica, è ci ne serà unu per parlavvi di l’Omu (iè, cù una O maiuscula) s’ellu hà a furtuna di cunnoscelu.
È s’è v’aspettate appinuccia, qualchissia s’hà da mette à cantà.
À dilla franca, ùn ci serà quasi nimu ch’ùn hà ogni tantu una canzona di Ciosi in capu, innò ?Ancu s’è vo ùn site di a leva di i so primi fans, nemmancu di a siconda, riflettiteci : Mamma, Nustalgia, I spartimenti… a so voce vene cum’è un ribombu in certi mumenti di a nostra vita.
Da quì à vedelu cum’è una sorte di riferenza patrimuniale cumuna ùn ci hè ch’un passu – è u franchemu ancu noi cun piacè per parlà di stu persunagiu for di norma chì hà principiatu di nuvembre u so “Ultimu Giru”.
Ci vole à dì chì parcorsi cum’è u soiu ùn ci n’hè tantu. Dopu à più di 50 anni di carriera è una sessantina di dischi, ùn ci hè mancu più bisognu di parlà di ricunniscenza di u so talentu.
U so repertoriu s’hè custituitu in cullaburazione cù i più grandi nomi di a canzona è di a scrittura. Di fatti a so discugraffia tocca parechje generazione di pueti –miraculi di pueti chì saria impussibule à mintuvalli tutti quì- da Peppu Flori, Pampasgiolu, Petru Santu Leca, Ghjacumusantu Versini… à i fratelli Vincenti, Dumenicu Marfisi, Tony Toga, Tintin Pasqualini, passendu pè l’autori di u riacquistu cum’è Ghjuvanteramu Rocchi, Ghjacumu Fusina o Ghjuvan Ghjaseppu Franchi, è ultimamente Ghjuvan Paulu Poletti, Patrizia Gattaceca, Dede Nobili o Olivier Ancey. Antone Ciosi ci hà offertu l’interpretazione d’opere sfarente ma sempre d’una ricchezza maiò.
È s’ellu ci hè un style Ciosi, l’artistu ùn si lascia mette ind’una categuria precisa, capace di cantà in corsu cum’è in francese, di passà d’un cantu tradiziunale à una creazione oghjinca, di a nustalgia à a risa o à a pulitica…
A diversità è a qualità di ciò ch’ellu hà sceltu di cantà li anu assicuratu un successu cuntinuu sin’à oghje.
Ma stu scontru trà una voce è u talentu di l’autori ùn basta pè capì tuttu di ciò chì face d’Antone Ciosi un persunagiu cusì riccu, capace di francà l’anni è e mode. Ci vole chì l’artistu sia un omu particulare per mantene à stu livellu a passione di u cantu è l’arte di cuntà, pè truvà a via versu un publicu sempre rinnuvellatu.
A so storia è a so sensibilità ne facenu un veru testimoniu di l’evoluzione di a Corsica è di e primure o i penseri di parechje generazione di Corsi.
Zitellu hà cunnisciutu una Corsica sfarente, chì era sempre quella di a terra, di i paesi, chì à le volte ùn era tantu luntanu di a miseria.
Natu in 1931, ingranda in una famiglia cumunista induve l’idee di resistenza sò assai prisente, in st’epica chì hè quella di u fronte pupulare, di a guerra di Spagna è di a guerra mundiale.
L’interessu di u babbu per i muvimenti antifascisti li permetterà di scopre scritti è canti ingagiati.
A zitellina hà da cunnosce troppu prestu u tempu di u dolu, cù u babbu chì more quand’ellu hà 9 anni, è chì lascia à a mamma scunsulata ma “arritta” pè fà fronte à a sorte è allivà i 7 figlioli.
Dopu ci seranu l’anni passati in Parigi. U primu cuncorsu di a canzona corsa à l’Olympia, induv’ellu vince u premiu cù Paese spentu. A vita luntanu di a Corsica, cum’è parechji Corsi chì stanu in altrò senza scurdassi di l’isula. Ciosi sprimerà a mancanza ch’elli ponu pate:
Et moi j’ai laissé mon coeur là-bas”(Je retournerai, 1966),
U mio paisolu caru per mè sì lu più beatu (…) per lu to vechju mulinu lu mio core sempre canta” (Nustalgia di u paese, 1972).

Ma à sta manera di campà chì smarisce, à i so usi è e so fiure,Ciosi l’hà da dà – ridendu o seriu – una vita nova in canzone : U tragulinu, L’arrutinu, U Mulinellu… sò tante evucazione chì ne mantenenu u ricordu.
Vede chì u cantu tradiziunale si puderia perde è face ricerche è arrigistramenti pè salvà stu patrimoniu in periculu di sparizione è sempre s’opponerà à u disprezzu chì pudia tuccà stu cantu.
Serà a ricchezza di sta vita è di u so sguardu chì li dà u fiatu per cantà sempre cù u tonu ghjustu e parolle chì ci toccanu?
Di sicuru. Ma ci serà ancu l’amore.
L’amore per i soi, per a natura è per a Corsica sana, un amore chì mai stancia, mai spatanscia, nè cù u tempu nè cù i frastorni. Amore ind’ u ricordu di a mamma, d’un mulinu, di u tragulinu o ancu di Bastia cum’ella era quand’ellu ci studiava.
È sempre amore in u prisente, per i lochi è sopra à tuttu per una ciuccia chjamata Luisa…
Balagna tisoru, Sponde di dulcezza, Sempre m’innamoru, Di a to billezza
(Balagna regina)

Quellu chì dice truvà a so ispirazione in ogni locu di Corsica crede chì u più impurtante ghjè a Puesia, “prima fatta di parolle simplice è belle”. Deve esse què u sicretu, a minichetta chì permette di mantene a so brama di cantà, di stabilisce a cumunicazione cun quellu chì sente è di trasmetteli l’emuzione, sempre, ancu cuntenduli tempi o evenimenti ch’ellu ùn hà cunnisciutu. Quale hè ch’ùn hà pientu cù a vechja Maria? “U ritrattu nant’à a muraglia hè una vera calamità, stringhje u core cum’è a tanaglia di quella ch’ùn si pò scurdà…” Ùn ci hè bisognu d’esse natu versu 1900 pè capilla…
Vechja o nova canzona, ritruvemu tutti appena di stu Noi individuale o cullettivu : Ciosi ci conta un intimu cumunu.
Ma u cantadore s’hè fattu ancu scrittore, cù listessa ambizione: trasmette emuzione è ricordi. Hè l’autore di dui libri cunsacrati à a canzona : Notes et chansons (1978) è Chants d’une terre (2002).
Cù raconti autobiugraffichi, scrive u so passatu è quellu di a Corsica.
In Une odeur de figuier sauvage (1999), conta a so vita da a zitellina in paese à u serviziu militare. Trà evenimenti storichi, stalvatoghji è riflessione persunale, ci dà un pezzu di memoria di l’isula è un’evucazione di a custruzzione di a so persunalità.

U so ultimu libru, A Stella di Musè Namani (2017), hè un racontu bislingu nant’à a vita di Vittoriu Namani, ghjuntu d’Haïfa in l’anni 20 è d’unu di i so figlioli, Moïse chì girerà u mondu per u cummerciu.
Ancu quand’ellu scrive, Ciosi hà parechje barrette…

Avà chì ellu stessu ci dice chì s’hà da compie l’opera, chì i cuncerti chì venenu seranu l’ultimi, ferma difficiule di fà qualcosa chì s’assumigli à una cunclusione, al di là di u custatu di a so piazza inde a canzona è a cultura corsa, custatu stabilitu chì face un pezzu.
Ghjè a fine di una carriera, quessa sì. Ma di sicuru micca a fine di a storia trà ellu è noi. Basta à vede l’età di l’artisti chì l’accumpagnanu per essene cunvintu.

Avete rimarcatu? Si parla d’Antone Ciosi cum’è s’è l’omu fussi un libru…
Cun parechji capituli, chì ci facenu entre in parechji universi. Un libru ch’è no pudemu sempre ripiglià per cumplettanne a lettura, truvacci ogni volta un sensu in più.

 

Articles

L’OPERA DE BASTIA Présentation

par Emmanuelle Mariini

thB01332EV
L’actuel théâtre de Bastia est un opéra à l’italienne construit à la fin du XIXe siècle. A cette époque, dans la mouvance du Risorgimento italien, la ville de Bastia décide de construire un nouveau théâtre. On fait alors appel à Andrea Scala, un architecte italien réputé car il a construit plusieurs dizaines d’opéras en Toscane, notamment le célèbre théâtre de Pise.
Le bâtiment sera construit en pierre du pays. Les corniches seront taillées dans du calcaire de Saint-Florent et les marches d’escaliers dans du marbre de Brando. Les travaux commencent en 1874 et en 1875 débute la construction des arcades en contrebas destinées à accueillir des commerces, dans ce que l’on appelle alors la « Rue de l’Opéra » (l’actuelle « Rue César Campinchi »). Au milieu de ce bâtiment, un grand escalier central permet au public d’accéder directement à l’intérieur du théâtre (ces escaliers existent toujours et on y trouve désormais le buste de César Vezzani). L’édifice est construit suivant un plan rectangulaire. Il est composé de 3 corps de bâtiments :
Le premier donne sur la place Favalelli et abrite un vestibule à 8 colonnes, un grand escalier, un foyer (l’actuelle « salle des congrès » autrefois entièrement peinte où l’on donnait des bals), complétés par des annexes le tout sur 4 étages. On entrait alors en calèche dans l’actuel péristyle.
Le second est la salle d’opéra. Elle est conçue selon un type classique dérivé de la Scala de Milan : elle se compose d’un parterre, de 3 rangs de loges et d’un poulailler ornés de peintures plafonnantes. Des loges d’avant-scène sont réservées aux personnes en deuil.
Le troisième corps du bâtiment est la scène. Elle abrite des loges, des entrepôts et des locaux divers. Les installations scéniques étaient importantes, avec un large éventail de toiles peintes et de décors en trompe l’œil permettant de pouvoir donner tous les types d’opéras.
Avec une capacité d’accueil de 1200 places et une acoustique exceptionnelle, l’opéra de Bastia -inauguré en 1879 – suscite un véritable engouement qui favorise le genre italien pour le lyrique et le genre français pour la comédie. On y joue « La Traviata », « Rigoletto », « Il Trovatore », « Faust », « La Bohème » …
En 1900, le théâtre est éclairé au gaz. Les corridors et les dégagements sont dotés de lampes à huile. Comme dans tous les théâtres, on redoute l’incendie. La durée moyenne de vie d’un opéra à cette époque est de 13 ans. Charles Garnier, l’architecte du « Palais Garnier » à Paris, a d’ailleurs dissimulé dans son architecture des tarentes pour porter bonheur et éloigner le risque d’incendie. Amusez-vous à essayer de les retrouver lors de votre prochaine visite de ce lieu mythique ! Au théâtre de Bastia, 6 pompiers sont constamment de service. En 1905, la bibliothèque municipale est installée dans l’aile sud du théâtre dans une salle annexe (l’actuelle « salle Préla »). Ce n’est qu’en 1971 qu’elle quittera ses lieux pour occuper son siège actuel.
Au début du XXe siècle, le théâtre de Bastia est un lieu d’intense activité. Les citadins continuent de se passionner pour le chant lyrique italien. Exigeant et connaisseur, le public bastiais n’hésite pas à huer les artistes qu’ils jugent ne pas être à la hauteur. A cette époque, se produire sur la scène de Bastia était une délicate épreuve au point d’affirmer que si l’on résistait à ce public, on pouvait se présenter, sans crainte, sur n’importe quelle scène d’Italie.
A la Belle Epoque, le rayonnement du théâtre est à son apogée. De 1906 à 1914, on compte près de 280 représentations d’opéras, soit une moyenne de 35 par an. Une représentation est donnée en moyenne tous les deux jours avec une salle généralement comble. Le répertoire se compose principalement d’œuvres véristes de compositeurs italiens de la fin du XIXe siècle. Ces opéras abordent des sujets de la vie quotidienne, avec un attachement aux valeurs morales traditionnelles. Les Corses, confrontés aux difficultés que génère un monde en pleine mutation, peuvent partager les sentiments des personnages mis en scène. « Cavalleria Rusticana » fait partie des opéras favoris des bastiais. « Tosca » et « Madame Butterfly » se placent en tête des recettes dans les années 1910.
Au début de la première guerre, on installe l’électricité et le chauffage. A l’issue de la guerre, des artistes lyriques corses triomphent à Bastia : Gaston Micheletti, Martha Angelici, José Luccioni, Agnès Borgo, … et bien sûr César Vezzani. Ce dernier, bastiais de naissance, surnommé le « merle blanc » est unanimement reconnu comme l’un des plus grands ténors français de tous les temps. Les représentations d’opéras en langue française se multiplient (Bizet, Gounod, Massenet …).
Dans le courant des années 30, le marasme économique et le mauvais état du bâtiment font décliner l’activité du théâtre. Des travaux sont alors prévus mais la seconde guerre mondiale éclate … Et en 1943, le bâtiment est touché par deux fois par les bombardements : le toit et le plafond peint sont pulvérisés, le décor mural et les balcons sont en grande partie détruits. L’après-guerre est une période économique difficile et le théâtre restera longtemps une plaie béante.
Ce n’est qu’un 1981 que le théâtre rouvre ses portes avec de grands changements : la grande salle est reconstruite dans des dimensions plus restreintes avec une surélévation en pente du parterre ; l’entrée de la salle est repensée, on aménage des accès par les premiers balcons ; les loges sont abandonnées. Le béton fait son apparition et recouvre les parties de l’ancienne construction. La nouvelle scène est spécialement étudiée pour le ballet.
En 2011, la salle du théâtre fait l’objet d’un premier programme de rénovation avec le changement des 830 sièges et la peinture des murs en rouge, couleur caractéristique des opéras.

Le public bastiais est toujours aussi féru de chant lyrique, de récital et d’opéra.