Depuis trois ans, l’association Musanostra anime un Salon littéraire dans le cadre du Festival italien de Bastia. Après Simonetta Greggio et Milena Agus, ce sont les écrivains Oreste Sachelli et Giacomo Mazzariol qui participent cette année à ce rendez-vous.

Le cinéma de Marco Tullio Giordana

Oreste Sacchelli, professeur émérite à l’université de Lorraine, spécialiste de civilisation italienne, délégué artistique du festival du film italien de Villerupt, vient de publier un ouvrage sur le metteur en  scène Marco Tullio Giordana intitulé Mes meilleures années ( EDITALIE éditions, septembre 2021).

Oreste, bien connu des cinéphiles insulaires, a eu la délicate attention de le dédier « à la mémoire de René Viale ».

Découvrez cet ouvrage lu par : Francis Beretti

Il s’agit d’un dossier complet sur le cinéaste où il est question de quinze films. Chacun fait l’objet d’une fiche technique, d’un résumé, d’une analyse de l’essayiste et d’un commentaire du cinéaste.
Cinq de ses collaborateurs (producteur, scénariste, acteur, directeur de la photographie, monteur) sont aussi l’objet d’une fiche.

Le titre, Mes meilleures années, est significatif, parce qu’il est « sous le signe de Pasolini » ; c’est en effet le titre du premier recueil de Pier Paolo Pasolini, La meglio gioventù, à l’ironie amère , qui est l’une des caractéristiques de Giordana marqué à jamais par l’assassinat du poète.

Il est extrait d’un chant des chasseurs alpins de la Première guerre mondiale : « la meilleure part de la jeunesse finit sous terre ».
C’est aussi le titre du film fleuve qui a créé un coup d’éclat en obtenant en 2003 le prix « un certain regard ».  

A lire aussi: Salon du Livre Musanostra au Festival du Film Italien de Bastia

Mais quand  on  écrit « dossier », on  ne rend pas suffisamment justice à cet ouvrage, agréable à manipuler, à la mise en page soignée, bien illustré,  aux textes  accessibles même à un public de non-initiés.

Il nous donne à découvrir avec plaisir un cinéaste sensible, intelligent, exigeant, et lucide, 
« le grand cinéaste témoin de son temps », selon l’expression de Jean A. Gili qui, lui, est un fin connaisseur du cinéma italien.

                                                         

Vous pouvez également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.