Philippe Moncho nous propose un extrait du livre d’Alain Cadeo, Des Mots de contrebande, publié aux éditions La Trace. En ces temps marqués par l’inquiétude, ce texte est un éloge à la liberté et à la joie.

Alain Cadeo, l'éternité

Mangeurs de peurs…Nos seuls véritables ennemis sont les certitudes et les sales pressentiments. Les premières sont lourdes comme un lancer de marteaux et d’enclumes, les seconds grouillent, fouillent et s’insinuent dans les ventres comme une grappe de serpents. Notre joie reste l’aléatoire consenti, fragilité sublime, là, au confluent de tous les risques. Quant à ces risques, plutôt que de les redouter, nous ferions mieux de les utiliser en gants de crin, « décapeurs » de peaux mortes, vivificateurs. Alors peut-être, neufs, transparents alevins, nous pourrons absorber sans peur et avec volupté, chaque seconde claire, en faire une intouchable éternité.

À lire aussi : La présentation d’Alain Cadeo lors du salon du livre de Bastia

Qui est l’auteur Des mots de contrebande ?

Premier Prix Marcel Pagnol pour Stanislas, l’auteur Des Mots de contrebande vient également de publier Mayacumbra aux éditions La Trace.

En savoir plus

Alain Cadeo, Des Mots de contrebande, Toulon, 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *