fb978508054dfb642351d1491ae5dfd4befc5bb0
« Le sang et la lumière » de Frédéric Aversin.

Originaire d’Eguilles, un village près d’Aix-en -Provence et installé en Corse depuis une quinzaine d’années où il exerce le métier d’enseignant,  Frédéric Aversin signe avec « Le sang et la lumière » son premier roman. Et quel roman ! Un savant mélange d’Histoire, d’apprentissage, d’espionnage, de complot, d’assassinat, d’amour passionné mais contrarié,  le tout rédigé tambour battant dans un style  fluide, dynamique, mais travaillé.

Comment donc raconter l’histoire de ce roman aux multiples facettes ?  Eh bien, il suffit de suivre le parcours semé d’embuches d’Alexander depuis sa naissance dans d’horribles circonstances jusqu’à sa vie d’espion au mental d’acier qui déjoue une des pires conspirations du XXème siècle : l’assassinat du pape Jean-Paul II. Tout commence en Pologne pendant la Seconde guerre mondiale où les allemands conscients de perdre la guerre, s’apprêtent à lancer un baroud d’honneur en s’adonnant à la pire des exactions : le massacre de l’ensemble de la population d’un  village qui ressemble étrangement à celui perpétré à Oradour- sur- Glane en juin 1944. C’est à ce moment précis que nait Alexander. Sa mère  accouche juste avant l’arrivée des soldats  nazis qui la tue de sang- froid. Le nouveau-né est miraculeusement sauvé par une jeune cousine ayant assisté à l’accouchement et dans leur fuite précipitée, par une horde de loups. Passage d’une extrême violence où la cruauté et les atrocités  commises par les nazis sont décrites de manière  tellement réelle, qu’elles nous font frissonner !  Puis les évènements  s’enchaînent à la vitesse grand « V ».
A travers les nombreux évènements tous aussi surprenants les uns que les autres qui surgissent brutalement dans la vie d’Alexander et auxquels il fait face avec brio et sang- froid, l’auteur nous tient en haleine jusqu’à la fin de son récit. Roman qui ne souffre d’aucun temps mort, d’aucun ennui de la part du lecteur. Roman palpitant dont l’intrigue brillamment ficelée nous entraine dans un monde impitoyable où le héros est confronté sans cesse au mal, à la férocité de l’âme humaine que l’auteur peint avec une extrême  minutie. Roman bouleversant car le personnage y est attachant, roman singulier de par son intrigue déroutante que j’ai énormément apprécié  et qu’il faut découvrir sans plus tarder.
Chapeau l’artiste !
12 Novembre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *