Affichage : 1 - 2 sur 2 RÉSULTATS
Articles

LE VIN MARIANI ou L’HISTOIRE DE LA PREMIERE BOISSON A LA COCA. de Jean-Michel et Toussaint ALESSANDRINI. Ed. Sammarcelli 2003

par Raymond Mei


Livre relié de 178 pages, c’est un très bel album surprenant et riche, sur papier glacé.
Il relate l’histoire de la première boisson à la coca. Il s’agit d’un condensé de photos, gravures, images et articles de l’époque.Le créateur du vin Mariani est, comme son nom l’indique, un Corse, Angelo MARIANI (1838-1914), né à PERO CASEVECCHIE, non loin de BASTIA. Le paradoxe est que son invention (1863), de notoriété publique, reste plutôt méconnue par la plupart des compatriotes. A la mort de son père, A. Mariani monte à PARIS pour devenir pharmacien. Il se passionne très tôt pour les vertus de la coca et, à la demande d’un médecin, client de la pharmacie où il travaille, il prépare un
breuvage tonique à base de coca destinée à traiter les problèmes de larynx mais aussi pour lutter contre le surmenage et la neurasthénie.

Il s’agit d’un vin de Bordeaux mélangé à un extrait de feuilles de coca. La boisson est commercialisée sous le nom de « Vin Mariani à la coca du Pérou ». Les produits Mariani vont connaitre une notoriété extraordinaire grâce à la promotion que son inventeur a su leur donner.C’est un « élixir de vie » aux vertus multiples. Au début du 20ème siècle il va se heurter aux critiques des gens qui dénoncent l’utilisation de la cocaïne et à la réglementation de la publicité sur les médicaments.

Une oeuvre qui vous fera tout découvrir sur cette figure exceptionnelle le la science, du commerce et surtout du marketing qui a su développer la notoriété de son produit grâce à des célébrités de l’époque. On se demande, comment un être parvenu à un tel degré de popularité, a pu voir son nom et son oeuvre tomber dans l’oubli le plus total.


Article réédité, première publication Musanostra juin 2011

Articles

Retour sur images

Nathalie Malpelli présente le recueil de Jacques Fusina, Retour sur images, publié aux éditions Sammarcelli. Ce recueil marque le retour de Jacques Fusina à la création poétique en langue française, lui qui n’avait plus publié de recueil poétique dans cette langue depuis Soleils revus, en 1969.

On ne présente plus Jacques Fusina. Il est unanimement reconnu en Corse et même de façon tout à fait inconsciente , on a pu fredonner quelques uns de ses textes. Auteur incontournable, on ne pouvait que l’évoquer lors de cette soirée consacrée à la littérature corse. Modestement.

Retour sur Images. de Jacques Fusina - Editions Stamperia Sammarcelli, 2005  - Musanostra

Je me suis donc intéressée à un recueil de poésies intitulé Retour sur images publié en 2005 aux éditions Stamperia Sammarcelli. Les textes sont écrits essentiellement en français, ce que n’avait plus fait l’auteur depuis 1969. Œuvre mosaïque, elle regroupe des textes protéiformes qui ne sont pas présentés de façon chronologique.

Retour à l’enfance

Sa poésie est parfois proche du lecteur qui peut retrouver au hasard de quelques bribes des souvenirs enfouis. Par exemple le poème Enfance , quoique très court, sait parfaitement évoquer ce moment particulier de l’existence. On sera aussi sensible au texte Tristesse qui personnifie ce sentiment le rendant presque palpable aux yeux du lecteur. Le travail sur la langue ne nous laisse pas insensible. On pense beaucoup à Apollinaire, en lisant les textes de Jacques Fusina. Bien que les influences néo-surréalistes soient manifestes, on apprécie plutôt sa poésie mélodieuse, nostalgique qui vient des racines, de la terre.

Retour à la traduction

La partie intitulée Brefs m’a interpellée. Elle figure le travail du poète et en corse et en français. On réalise alors tout le sens qui est donné à la traduction qui est un véritable travail de recréation. On peut percevoir la force de la langue corse et la dimension musicale qu’elle possède de façon intrinsèque.

Enfin j’ai particulièrement apprécié le poème Face aux rayons ou In ochju à e spere présenté avec un collage de Jean-Jacques Torre. Puissance des mots, puissance de l’image, inter relations entre les deux expressions artistiques. Finalement, le recueil fut pour moi une lecture enrichissante. Surtout, elle encourage à aller vers d’autres textes de Jacques Fusina car il s’agit là forcément d’une des facettes de l’auteur.

En savoir plus

Jacques Fusina, Retour sur images, Biguglia, Sammarcelli, 2005.