Affichage : 1 - 8 sur 8 RÉSULTATS
Articles

S’è tu guardi l’ochji

ARTICLE – Ghjuvan Marcu Riccini prisenta u libru bislingu di Ghjuvan Michele Weber Cuntrastu cù un mazzeru, pubblicatu in edizione Colonna.

Qualchi annu fà, Dorothy Carrington pensava chì u mazzerismu pudia smarisce.
Perchè a vita materialista d’oghje suprana pianu pianu certi valori tramandati da i nostri antinati. I corsi di nanzu avìanu una vita interiore d’una richezza tremenda ! A trasmissione di sti valori, di sta vita psìscica tradiziunale corsa ùn s’hè micca fatta o puchissimu …

Serebbe bè di ramentà o d’amparà à quelli chì ùn la sanu micca o chì si nè sò scurdati, ciò ch’ellu hè u Mazzerismu. Hè ciò ch’ellu hà pruvatu à fà Ghjuvan’Micheli Weber cù u so libru Cuntrastu cu un Mazzeru .

Un diàlugu originale

Stu diàlugu hè una manera originale di fà connosce sta fiura di u nostru incuscente cullettivu è ancu di l’ànima corsa. Eppo stu scontru vole dì soprattuttu chì i mazzeri esìstenu sempre. Ma cumu si pò fà per ricunnosce un Mazzeru ?
« S’è tu guardi l’ochji, ùn ti poi sbaglià ! ». L’omu hà sempre vulsutu sapè ciò chì si passa à l’al’di là è hà sempre circatu à entre in u campu di a trascendenza.In lu nostru imaginàriu corsu, ci hè un esse chì batte stu campu da l’antiluna : Hè quellu chì và à i cunfini trà u nostru mondu è l’altru mondu.

A i cunfini


Ùn ghjè micca un chaman ! Un hà pudere. Hè qualchissia chì obbidisce à una chjama, à certe voce chì sò in l’ària.Ma sà, dopu à a so càccia, qualè chì hà da more in paese. Hè un cacciadore di l’ànime. Hà una funzione.
Frà e riposte di l’omu, ritruvemu tutti l’aspetti di u Mazzerismu ch’è no cunniscimu. Ritruvemu i sonnii, a chjama, a càccia, u locu, l’acqua, l’animale ammazzatu, A Squadra d’Arozza è a Lèia cù quelli chì sò spariti …

U Mazzeru, à spessu, hè statu vistu, à tortu, cum’è un tumbadore. « Un aghju tombu a nimu ! Aghju tombu un animale chì era a so ànima. Aghju favurizatu u passaghju in l’altru mondu ! »Avemu, in pettu à noi, un omu serenu chì hà a so filusuffia pròpria è una certa nubiltà. Mette in anda u sensu, a capacità di sente.Quellu chì hà stu donu pò esse Mazzeru !« Tuttu u mondu pò esse mazzeru ! Ghjuntu à una certa riflissione, basta à vulè ! »

E ràdiche


Què, hè un sìntimu importante. Sente è sapè capì ciò chì hè in giru à noi, l’energia chì sbocca da un locu, da a Terra, da a Terra Corsa perchè u mazzerismu hè qualcosa ch’ùn si trova ch’ind’è noi ! Cercà sempre à capisce i so sonnii, à da li un sensu. Ma per esse capace d’avè sti sìntimi, ci vole à pensà cum’è elli pensàvanu i nostri antenati chì campàvanu siconti e règule nustrale. Micca quelle d’oghje, di i citadini, di a pensata ùnica : « Listessi vestiti, listesse vòglie, listesse dumande ! »

Ancu di gràzia chì l’autori cum’è Ghjuvan M.Weber ammèntanu quale sò è nostre ràdiche !
Perde sti valore vole dì perde ciò ch’è no i simu noi, tuttu ciò chì hà fattu un Populu, a Terra Nostra.


Ghjè un libru da testimòniu, da mezu di trasmissione …                                 
                                                     

En savoir plus

Ghjuvan Micheli Weber, Cuntrastu cu un mazzeru, Ajaccio, Colonna

Retrouvez d’autres articles de Jean-Marc Riccini

Amour

Articles

NUVEMBRE, puesia

par Jean-Marc Riccini
In lu celu di dolu, correnu i nuli
Smarriti e rondine e le rise zitelline
Tempu di I Santi, tempu nuvembrinu
Mette l’ànima e lu core à l’addisperu .
A natura si piatta e principia a tremulà
Suffia lu ventu e sbattuleghja l’albeta.
U tettu grisgiu, teghju di piuvicinata
Fa pienghje e so teghje di malincunia.
U tonu tremendu risponde a l’abbaghju
E straccia cu l’accendite la notte chi vene.
I chjassi muntagnuli vestidi di cuscogliule
Si perdenu soli in lu bughju ghjalatu.
Cu l’ària piaghjinca si move la fumaccia,
Ricubrandu u paese chi infine s’addrumenta.
Principianu li sogni di u veranu luntanu,
Lamentu di tristezza, lamentu d’inguernu.

Articles

L’ULTIMI , Jean-Pierre Santini, A fior di carta

par Jean-Marc Riccini

L’Ultimi  est le titre qui convient parfaitement à cet ouvrage. Les derniers corses, les derniers espoirs, les dernières illusions. Ce livre de Gjuvan Petru Santini aurait pu l’intituler aussi « L’Ultimu » en référence au personnage central de cette histoire.

Matteu Susini y croit encore, y croit toujours. Lui, un des fondateurs du FLNC, dresse le constat amer que la lutte qu’il mène depuis 40 ans n’est plus et qu’elle a été dévoyée. Militant de la première heure, écrivain, auteur de manifestes, d’articles et d’essais politiques, Matteu va aujourd’hui utiliser les réseaux sociaux pour organiser une Consulta qui aura lieu le 15 Juillet 2015 au couvent Saint Antoine d’Orezza, lieu et date symboliques s’il en fût. Le but est d’insuffler une nouvelle dynamique au mouvement indépendantiste au moment ou la pensée autonomiste a prévalu, avec des responsables qui tiennent, paradoxalement, un rang dans les institutions françaises et non corses comme l’aurait souhaité Matteu.

Qu’a-t’on fait du manifeste en 5 points du FLNC du 5 mai 1976 ? Il faut selon Matteu Susini retourner aux fondamentaux. Son initiative est « likée » 150 fois.
Mais qui va suivre réellement ce théoricien pur et dur pour amorcer de nouveau la lutte telle qu’elle était il y a quarante ans. C’est sûr, les amis d’alors seront là : Martin Tramoni et Marcu Nebbia. Matteu attendra une trentaine de personnes : ils seront 12.
La vie ou même le jeu politique a engendré la résignation. Et c’est une (petite) armée en déroute (mais y a-t-il encore des soldats ?) qui quittera, ce soir là, la réunion. Matteu cristallise la critique : « s’il se perd dans ses rêves, qu’il s’y perde seul sans déranger les autres » les mots sont durs.

Martin Tramoni, l’ami, constate en parlant des Nazionali qui sont présents aux cérémonies de Ponte Novu : «  on se joue la comédie comme on le fait partout où le folklore a remplacé l’histoire ». Il ne restera rien de cette rencontre. Matteu, le sincère, le pur, y croit encore et prévoit une réunion à la rentrée. Mais comme le dit un participant « la sincérité ne suffit pas quand on fait de la politique ».

Que peut-il faire dans cette île livrée au consumérisme ? Que peut-il faire face à des militants qui préfèrent privilégier leur vie de famille et leur bien- être matériel ? Que peut-il faire face à des militants comme Paulu Maria Franceschetti qui sont venus saboter son projet ?

Dans un premier temps l’auteur nous présente tous les protagonistes et leur passé de militants. Puis vient l’analyse de la situation que développe Matteu lors de la Cunsulta. On pourra pendant le discours mesurer le degré d’implication des participants et connaître le fond de leur pensée. Pour conclure viendront les conséquences ou comme le dit l’auteur les inconséquences de cette réunion.
La désillusion gagne Matteu : « un jour encore dont il ne restera rien, que le goût amer du temps perdu. C’est un échec mais j’ai tenu le discours que je tiens depuis toujours. Un rêve de liberté pour un peuple qui, au fond, n’en veut pas ».

L’Ultimi est un livre qui se lit rapidement. Les questions qu’il pose, les constats qui en ressortent correspondent bien à ce qu’est la Corse aujourd’hui et on peut sans doute en partager l’analyse.
Pour terminer, une question : Matteu Susini et Ghjuvan’Petru Santini ne seraient-ils pas une seule et même personne ? La réponse est dans la question.

Articles

Programme Cinemusa2018 – Cinéma Le Studio

par Jean-Marc Riccini
 

Automne 1885. Santa Maria Sicchè.
Duminichellu hâte le pas. Que peut bien vouloir Marie-Félicité qui lui a instamment demandé de passer la voir ? Ils entretiennent une liaison depuis quelques temps déjà. Dans la pénombre d’une stretta derrière l’église, elle lui annonce qu’elle est enceinte.
Le courage n’étant, sans doute pas, pas une de ses principales qualités, la réponse de l’homme est cinglante : « tu aurais dû faire attention, que comptes-tu faire ?
Pour la jeune femme le mariage est la seule solution. En cette fin du XIXème siècle, sans cette alliance ce sera la honte pour la future mère et le déshonneur pour sa famille. Peu importe pour son compagnon qui lui suggère l’avortement. Ajouter le péché au péché, Marie-Félicité rejette la proposition.
Ainsi viendra au monde, dans la plus grande discrétion, Marthe. Xavière a assisté sa fille lors de l’accouchement. C’est elle aussi qui, ce matin- là, à l’aube, « pour faire taire l’outrage », déposera le panier dans lequel se trouve le nourrisson sur les marches de la demeure du maire du village d’Azilone. « Sacrifier un enfant pour sauver sa famille » !
Un an plus tard Marthe quitte l’orphelinat d’Ajaccio avec Marie-Dominique et Louis Antoine qui viennent de l’adopter. Dans la diligence qui les conduit à Guagnu ils font la connaissance de Fernand Rollin, fonctionnaire zélé de la République chargé de vérifier les listes électorales et recenser naissances et patrimoines.
J.P Nucci va nous livrer deux histoires : celles de Marthe et celle de Fernand. Deux vies, deux destins Avec pour cadre une Corse où la vie est dure et la misère présente. Cette misère qui amènera Louis-Antoine à s’expatrier et verra Marthe abandonnée une nouvelle fois.
Fernand poursuit sa mission d’administrateur. La République s’installe dans cette partie de la Corse où les idées indépendantistes sont toujours très vives. Il se heurte à susceptibilité de Hyacinthe, le maire du village. Il tombe sous le charme de Pauline, sa logeuse, mais trouve l’inimitié de Joachim, son frère, tiraillé entre sa possessivité et le bonheur de sa sœur.
Dans la piève « sorruinsù » la haine est tenace et la tradition y est sévèrement ancrée.
Jean-Pierre Nucci a ainsi tous les ingrédients propres à engendrer un drame « nustrale ». Des moments sombres mais quelques accents « pagnolesques » dans les relations qu’entretient Fernand avec le maire.
L’auteur évite d’entrer dans le quotidien « d’ a bastarda » en mettant en parallèle la vie du « pinzuttu » et nous fait découvrir l’âpreté de l’existence dans notre île à cette époque où les deux personnages connaîtront une trajectoire différente.

bastarda 4e couv

Après La Guardiola  et  Monteggiani , JP Nucci nous livre un roman agréable : à découvrir

Articles

Bastarda, roman de Jean-Pierre Nucci, ed. Mon Village, 2018

par Jean-Marc Riccini
 

Automne 1885. Santa Maria Sicchè.
Duminichellu hâte le pas. Que peut bien vouloir Marie-Félicité qui lui a instamment demandé de passer la voir ? Ils entretiennent une liaison depuis quelques temps déjà. Dans la pénombre d’une stretta derrière l’église, elle lui annonce qu’elle est enceinte.
Le courage n’étant, sans doute pas, pas une de ses principales qualités, la réponse de l’homme est cinglante : « tu aurais dû faire attention, que comptes-tu faire ?
Pour la jeune femme le mariage est la seule solution. En cette fin du XIXème siècle, sans cette alliance ce sera la honte pour la future mère et le déshonneur pour sa famille. Peu importe pour son compagnon qui lui suggère l’avortement. Ajouter le péché au péché, Marie-Félicité rejette la proposition.
Ainsi viendra au monde, dans la plus grande discrétion, Marthe. Xavière a assisté sa fille lors de l’accouchement. C’est elle aussi qui, ce matin- là, à l’aube, « pour faire taire l’outrage », déposera le panier dans lequel se trouve le nourrisson sur les marches de la demeure du maire du village d’Azilone. « Sacrifier un enfant pour sauver sa famille » !
Un an plus tard Marthe quitte l’orphelinat d’Ajaccio avec Marie-Dominique et Louis Antoine qui viennent de l’adopter. Dans la diligence qui les conduit à Guagnu ils font la connaissance de Fernand Rollin, fonctionnaire zélé de la République chargé de vérifier les listes électorales et recenser naissances et patrimoines.
J.P Nucci va nous livrer deux histoires : celles de Marthe et celle de Fernand. Deux vies, deux destins Avec pour cadre une Corse où la vie est dure et la misère présente. Cette misère qui amènera Louis-Antoine à s’expatrier et verra Marthe abandonnée une nouvelle fois.
Fernand poursuit sa mission d’administrateur. La République s’installe dans cette partie de la Corse où les idées indépendantistes sont toujours très vives. Il se heurte à susceptibilité de Hyacinthe, le maire du village. Il tombe sous le charme de Pauline, sa logeuse, mais trouve l’inimitié de Joachim, son frère, tiraillé entre sa possessivité et le bonheur de sa sœur.
Dans la piève « sorruinsù » la haine est tenace et la tradition y est sévèrement ancrée.
Jean-Pierre Nucci a ainsi tous les ingrédients propres à engendrer un drame « nustrale ». Des moments sombres mais quelques accents « pagnolesques » dans les relations qu’entretient Fernand avec le maire.
L’auteur évite d’entrer dans le quotidien « d’ a bastarda » en mettant en parallèle la vie du « pinzuttu » et nous fait découvrir l’âpreté de l’existence dans notre île à cette époque où les deux personnages connaîtront une trajectoire différente.

bastarda 4e couv

Après La Guardiola  et  Monteggiani , JP Nucci nous livre un roman agréable : à découvrir

Articles

Bastarda, Jean-Pierre Nucci, éd. Mon Village 2018

par Jean-Marc Riccini

Automne 1885. Santa Maria Sicchè.
Duminichellu hâte le pas. Que peut bien vouloir Marie-Félicité qui lui a instamment demandé de passer la voir ? Ils entretiennent une liaison depuis quelques temps déjà. Dans la pénombre d’une stretta derrière l’église, elle lui annonce qu’elle est enceinte.
Le courage n’étant, sans doute pas, pas une de ses principales qualités, la réponse de l’homme est cinglante : « tu aurais dû faire attention, que comptes-tu faire ?

Pour la jeune femme le mariage est la seule solution. En cette fin du XIXème siècle, sans cette alliance ce sera la honte pour la future mère et le déshonneur pour sa famille. Peu importe pour son compagnon qui lui suggère l’avortement. Ajouter le péché au péché, Marie-Félicité rejette la proposition.

Ainsi viendra au monde, dans la plus grande discrétion, Marthe. Xavière a assisté sa fille lors de l’accouchement. C’est elle aussi qui, ce matin- là, à l’aube, « pour faire taire l’outrage », déposera le panier dans lequel se trouve le nourrisson sur les marches de la demeure du maire du village d’Azilone. « Sacrifier un enfant pour sauver sa famille » !
Un an plus tard Marthe quitte l’orphelinat d’Ajaccio avec Marie-Dominique et Louis Antoine qui viennent de l’adopter. Dans la diligence qui les conduit à Guagnu ils font la connaissance de Fernand Rollin, fonctionnaire zélé de la République chargé de vérifier les listes électorales et recenser naissances et patrimoines.

J.P Nucci va nous livrer deux histoires : celles de Marthe et celle de Fernand. Deux vies, deux destins Avec pour cadre une Corse où la vie est dure et la misère présente. Cette misère qui amènera Louis-Antoine à s’expatrier et verra Marthe abandonnée une nouvelle fois.
Fernand poursuit sa mission d’administrateur. La République s’installe dans cette partie de la Corse où les idées indépendantistes sont toujours très vives. Il se heurte à susceptibilité de Hyacinthe, le maire du village. Il tombe sous le charme de Pauline, sa logeuse, mais trouve l’inimitié de Joachim, son frère, tiraillé entre sa possessivité et le bonheur de sa sœur.
Dans la piève « sorruinsù » la haine est tenace et la tradition y est sévèrement ancrée.

Jean-Pierre Nucci a ainsi tous les ingrédients propres à engendrer un drame « nustrale ». Des moments sombres mais quelques accents « pagnolesques » dans les relations qu’entretient Fernand avec le maire.
L’auteur évite d’entrer dans le quotidien « d’ a bastarda » en mettant en parallèle la vie du « pinzuttu » et nous fait découvrir avec ce roman l’âpreté de l’existence dans notre île à cette époque où les deux personnages connaîtront une trajectoire différente.

bastarda 4e couv
Après La Guardiola  et  Monteggiani , JP Nucci nous livre un roman agréable à découvrir.

Articles

LA FUITE de Paul Bernard Moracchini (BUCHET / CHASTEL 2017)

rentree-litteraire-ras-le-bol-urbain-dans-la-fuite-de-paul-b_975420_800x600
Fuir. Fuir l’inanité du monde qui nous entoure et la vie conformiste de nos semblables. Qui n’y a pas, un jour, songé ?
Dans son premier roman, Paul Bernard Moracchini nous entraîne avec son personnage principal dans une quête. Une quête qui commence dans une gare, le début d’une fuite en avant : « une fuite dont on ignore la fin et dont chaque étape restera à jamais unique ».
C’est l’occasion pour le « héros » de jeter un dernier regard critique et plein de fiel sur la société et les hommes. P.B Moracchini nous livre le portrait d’un misanthrope pur et dur. Mépris et dégoût sont les moteurs de cet homme pour le moins antipathique, dont on peut comprendre, à la lumière de son passé, les motivations.
Flash back. Enfant souffreteux, couvé par sa mère, il est arraché à sa maison en pleine nature pour se faire soigner en ville. Ce déracinement va le meurtrir et provoquer indirectement la mort de son père dont il se sentira responsable. « Transplanté dans cette ville maudite », il quittera à sa majorité le foyer familial et sa mère avec qui les rapports étaient devenus insignifiants. Il plonge dans l’addiction, sport, drogues, alcool, femmes. Jusqu’à s’en dégoûter : « après quelques années de la sorte, on étouffe ».
Le train arrive à son terminus. Cette fin est cependant pour lui un début. Dernière rencontre avec ses semblables : un jeune couple et une « épicière-cafetière ». Ils ne trouveront pas grâce à ses yeux. Le portrait au vitriol de l’épicière vaut le détour.
Enfin, « les retrouvailles rustiques » avec cette nature dont il attend qu’elle sublime ses aspirations. A la recherche du refuge de son enfance, il croise le chemin d’un chien blessé par un sanglier. Il va le soigner. Etrange empathie de cet homme insensible pour ce chien. Relation inattendue.
La nature ne pardonne rien, les premiers temps sont difficiles et la solitude naît : « reste-t-on un homme lorsque l’on n’a plus personne à qui se mesurer ? » Mais le dernier défi sera d’affronter cette nature souvent hostile. Aussi dure, si ce n’est plus, que la jungle citadine. Le lecteur suivra alors la longue descente aux enfers et le glissement vers la folie de cet homme dont on ne connaîtra pas le nom.
On pense à « Voyage au bout de la solitude » qui retraçait aussi l’éloignement du monde et l’histoire vraie d’un étudiant américain en Alaska. Ce dernier avait conclu (avant de mourir empoisonné par une plante) que le bonheur n’est réel que s’il est partagé. Alors que le personnage de « Fuir » en reprenant le mythe du « bon sauvage » n’a que l’amour de lui-même.
Un roman écrit à la première personne, des passages en italiques pour faire vivre les rêves et les hallucinations du personnage. Et un poème de JM de Heredia, en exergue au tout début, qui sied à merveille à l’histoire que nous livre PB Moracchini.
Une première oeuvre avec une écriture dense et bien maitrisée. Un vocabulaire empreint d’une certaine violence qui traduit bien le dégoût et la désespérance du personnage.

PB Moracchini nous annonce un roman en préparation. Nous l’attendrons avec curiosité.

 
  Jean-Marc Riccini
 
AVT_Paul-Bernard-Moracchini_2183

Articles

CUNTRASTU CU UN MAZZERU-Jean-Michel Weber Ed. Colonna lu par jean-marc Riccini

12970571-19730847

 

Qualchì annu fà, Dorothy Carrington pensava chì u mazzerismu pudia smarisce.
Perchè a vita materialista d’oghje suprana pianu pianu certi valori tramandati da i nostri antinati. I corsi di tandu avìanu una vita interiore d’una richezza tremenda !
A trasmissione di sti valori, di sta vita psìscica tradiziunale corsa ùn s’hè micca fatta o puchissimu …
Serebbe bè di ramentà o d’amparà à quelli chì ùn la sanu micca o chì si nè sò scurdati, di ciò ch’ellu hè u Mazzerismu.

Hè ciò ch’ellu hà pruvatu à fà Ghjuvan’Micheli Weber cù u so libru « Cuntrastu cù un Mazzeru ».
Stu diàlugu hè una manera originale di fà connosce sta fiura di u nostru incuscente cullettivu è ancu di l’ànima corsa. Eppo stu scontru vole dì soprattuttu chì i mazzeri esìstenu sempre.
Ma cumu si pò fà per ricunnosce un Mazzeru ?
« S’è tu guardi l’ochji, ùn ti poi sbaglià ! ».
L’omu hà sempre vulsutu sapè ciò chì si passa à l’al’di là è hà sempre circatu à entre in u campu di a trascendenza.
In lu nostru imaginàriu corsu, ci hè un esse chì batte stu campu da l’antiluna : Hè quellu chì và à i cunfini trà u nostru mondu è l’altru mondu.
Ùn ghjè micca un « chaman » ! Un hà pudere. Hè qualchissia chì obbidisce à una chjama, à certe voce chì sò in l’ària.
Ma sà, dopu à so càccia, qualè chì hà da more in paese. Hè un cacciadore di l’ànime. Hà una funzione.
Frà e riposte di l’omu, ritruvemu tutti l’aspetti di u Mazzerismu ch’è no cunniscimu.
Ritruvemu i sonnii, a chjama, a càccia, u locu, l’acqua, l’animale ammazzatu, A Squadra d’Arozza è a Lèia cù quelli chì sò spariti …
U Mazzeru, à spessu, hè statu vistu, à tortu, cum’è un tumbadore.
« Un aghju tombu a nimu ! Aghju tombu un animale chì era a so ànima. Aghju favurizatu u passaghju in l’altru mondu ! »
Avemu, in pettu à noi, un omu serenu chì hà a so filusuffia pròpria è una certa nubiltà. Mette in anda u sensu, a capacità di sente.
Quellu chì hà stu donu pò esse Mazzeru !

« Tuttu u mondu pò esse mazzeru ! Ghjuntu à una certa riflissione, basta à vulè ! »
Què, hè un sìntimu importante. Sente è sapè capì ciò chì hè in giru à noi, l’energia chì sbocca da un locu, da a Terra, da a Terra Corsa perchè u mazzerismu hè qualcosa ch’ùn si trova ch’ind’è noi !
Cercà sempre à capisce i so sonnii, à da li un sensu.
Ma per esse capace d’avè sti sìntimi, ci vole à pensà cum’è elli pensàvanu i nostri antenati chì campàvanu siconti e règule nustrale.
Micca quelle d’oghje, di i citadini, di a pensata ùnica : « Listessi vestiti, listesse vòglie, listesse dumande ! »

Ancu di gràzia chì l’autori cum’è Ghjuvan M.Weber ammèntanu quale sò è nostre ràdiche !
Perde sti valore vole dì perde ciò ch’è no i simu noi, tuttu ciò chì hà fattu un Populu, a Terra Nostra.
Ghjè un libru da testimòniu, da mezu di trasmissione …

 
 
                                                                                                       GM Riccini