Affichage : 1 - 5 sur 5 RÉSULTATS
Articles

Le grand dérangement : comment la Corse est devenue française ?

ARTICLE – Comment la Corse, terre de culture italienne, a-t-elle fini par adhérer à la culture française ? Jean Guy Talamoni nous présente Le Grand Dérangement, une anthologie de textes diplomatiques du XVIIIe siècle, publiée par les professeurs Eugène Gherardi et Didier Rey aux éditions Albiana et à l’Université de Corse.

Jean Duplessis-Bertaux, La Délivrance de la Corse, 29 Vendémiaire de l’an V

Une oeuvre de référence sur la francisation de l’île

Hè un opera di riferenza ch’elli anu publicatu issi dui insignanti di l’università di Corti. Stu testu, serebbe statu difficiule di fà lu esce vinti o trent’anni fà, quandu i ricordi di l’ultima guerra mundiale impedianu sempre i Corsi di parlà incù serenità di certi affari, è di stu periodu induve l’isula hè passata da u spaziu italicu à quellu di a civilisazione francese. Stu cambiamentu linguisticu è culturale hè analizatu da l’autori in tutte e so dimensione storiche è antropologiche. Perchè u prugettu francese hè statu di cunduce à una vera cunversione, cum’ella a ci face vede a citazione di Ambroise Mottet, procuratore generale in Bastia in u 1836, inserita in u testu : « La langue a sur les mœurs une influence manifeste. Tant que ce peuple parlera italien et il ne parle qu’italien, il ne sera français que de nom ». 

Une oeuvre actuelle

Gravure du XIXe siècle représentant Pascal Paoli et Napoléon Bonaparte : deux hommes, deux visions pour la Corse

Malgratu i mezi messi in ballu per sradicà e lingue taliana è corsa, ben chì l’isulani avessinu amparatu u francese, averà finalmente fiascatu, stu prugettu di cunversione. Accerta Fernand Ettori – citatu à a fine di u libru da D. Rey è E. Gherardi – chì dopu à dui seculi è più « la Corse n’est pas la Creuse ou le Loir-et-Cher ». L’opera discrive e differente tappe di a francisazione, ma dinù e resistenze ch’ella scuntrò. Al dilà di i fatti, l’interpretazione pruposta ghjè cunvincente assai. In particulare quand’ellu si tratta di l’idee sviate è razzialiste di certi cursisti, è chì l’autori facenu vede ch’elle s’appughjavanu st’idee, paradussalmente, nantu à u pensà puliticu francese di l’epica… 

A lire également : Le Mystère John-Antoine Nau

Aghjusteremu chì D. Rey è E. Gherardi anu ripruduttu in u so libru parechji testi impurtanti, per puntellà a dimustrazione. L’inseme custituisce un cartulare trimendu per mette in statu d’accusa l’autorità pulitiche rispunsevule di a situazione attuale di l’isula.

En savoir plus

Didier Rey, Eugène F.-X. Gherardi, Le grand dérangement. Configurations géopolitiques et culturelles en Corse (1729-1871). Anthologie, Albiana – Università di Corsica, 2013.

Articles

Corsican way of life, ed. Colonna , Joseph Antonetti, 2018

Par Marianne Laliman

Corsican Way of life ne ménage pas le lecteur.
Le recueil de Joseph Antonetti, récemment publié chez Colonna Edition, propose une trentaine de textes en corse, accompagnés de leur traduction en français. Des nouvelles, des “instantanés” bruts et certains passages qui ressemblent à une mise au point.
Le style est incisif et renforce le sentiment d’éléments livrés tels qu’ils sont, dans l’évidence de leur âpreté, de leur absurdité parfois. L’expression colle au sujet et à la manière de l’aborder. Pas de fil conducteur évident entre les textes, pas de choix narratif constant, le lecteur doit se laisser porter par l’alternance des angles de vue : ici un Je qui le fait pénétrer dans l’intime de la perversion ou de la souffrance, ailleurs une expression à la troisième personne, un regard froid et cru sur la tristesse comme sur l’horreur.

Le recueil ne ménage pas non plus les conventions.
Mort, violence, sexe, bestialité mais aussi désespoir, dégoût, regard critique porté sur l’homme et sur la société le placent aux antipodes de l’idéalisation ou encore de la nostalgie. Morceaux choisis, dans Perchè scrivu : « u passeisimu mi face cacà. U mudernisimu dinù mi face cacà », « ùn scrivu micca da discità e cuscenze (…) mancu da fà sunnià a ghjente (…) scrivu da stuzzicà a vostra mente, scrivu da favvi vede u mondu cum’ellu hè (…) da stumacavvi, da favvi rende e fegate ». On peut faire plus consensuel comme programme, mais c’est une considération qui n’entre visiblement pas dans le projet d’Antonetti, sans doute plus porté vers ce qui secoue que ce qui berce.
Une mention spéciale, toute subjective, à Settimana di Sangue et Corsican way of life, pour les confrontations inattendues que ces deux nouvelles opèrent entre Ici et Ailleurs et, peut-être, entre ce qui est et ce qui aurait pu (ou dû ?) être.
Certes, l’ensemble ne peut pas plaire à tout le monde mais il recèle une certaine variété. Pour savoir si on l’aime ou si on le déteste totalement, il faut le découvrir et, comme le souligne Marc Biancarelli qui signe la préface, on est prévenu…

Articles

"Sorte ingrata", di Maria Madalena Poli-Bonifaci, rumanzu storicu?

lettura di Marie-Luce Calligari
scontru 2
Si puderebbe dì.
Solu chì, tale un assaghju, issa centinaia di pagine in lingua francese, tocca à l’universale.
Incastunata da una piuma sgualtra è assenata, ogni parola scelta, puntella ist’omaggiu à un giovanu corsu, cunscrittu ind’u frattempu di a seconda guerra.
Donu, testimunianza magnifica, puetica assai, à quelli ch’anu fattu, vissutu, a guerra.
Ma, s’ellu nascì, cum’è tant’altri rumanzi, d’un’ombra di guerra, d’un racontu di qualchi babbu o babbone, stu librucciu cuntene u mondu.
U nostru u mondu. Un’offerta cantata da a machja, e petre, u trattu, i fiumi è da tante voce chì ci scutenanu e carne.
Ma u mondu sanu, dinù.
Infernu è paradisu, chì si ghjoca di l’omu, sparguliendulu in centu pezzi, in mille guadri, prumetenduli medaglie, muntagne d’ oru, pur di scurdassi di i so rughjoni, di u so anghjone, cum’è d’ellu stessu.
Esiliatu per via di a mubilizazione, stu giuvanottu corsu struitu, si passerà mentre 6 anni di libri -fora d’un vechju dizziunariu..- è invece di studià, cunnoscerà, in qualità di porta feriti, u macellu di e trincere

« La guerre avait ouvert l’horizon des larmes et de la poussière, collant à ses semelles une terre que son vieux chien ne connaissait pas. Sans doute lui avait-elle aussi enseigné qu’il pouvait y avoir de l’espace sans qu’il y eût forcément un décor. Un paysage, la nature structurée, porteuse de sens, n’avait rien à faire avec le nivellement et l’éclatement par mitraillage ou pilonnage de tant de choses qui se dressaient ou avaient tenté de le faire. Il avait rejoint le peuple des horizontaux. Aussi loin que possible de sa montagne dans la mer, magique elle aussi, il avait fini par devenir un personnage de Thomas Mann. »

Custì, sin’à ch’omu a si franca, si campa.
Fora di i so lochi, fora di sè stessu – in guerra, ùn’hè omu più in sè…- « le premier mort est celui qui vous tue » » (u primu mortu ghjè quellu chì vi tomba).
Eppuru, nè mortu, nè vivu, si campa listessu.
Si campa, appruntendusi à more.
« À mesure qu’il établissait ses quartiers d’outre-tombe et s’installait dans le confort exquis d’une existence posthume où tout est agencé pour le mieux, il prenait acte de l’archaïsme de son passé. La frontière entre le vécu et le supposé se mettait à trembler gentiment, puis les confusions devenaient des vérités… »
Senza ch’elli si sguassinu mai in la mente, isse fiure, issi sintimi, issi ricordi chì v’anu custituitu, aiutatu, armatu, da supranà l’atrocità.
Ma more, ùn si more micca sempre quand’omu crede…
« Une balle, deux balles, trois balles entrant de force ‎dans le même corps durci par une révolte qui n’a plus de nom, c’est une exécution, peut-être de la cruauté. Une balle entrant par surprise dans l’oreille, traversant la conscience et déchirant le centre de soi, c’est la Guerre. »
Un spechjacciu eccezziunale di l’omu, a guerra.
 
 
di
Marie-Madeleine Poli-Bonifaci, 
Sorte Ingrata,
Barrettali : À Fior di Carta, 2018
Broché, 88 pages, 12,00 €
ISBN 979-10-95053-41-5