Affichage : 1 - 3 sur 3 RÉSULTATS
Articles

PER GHJUVAN’ LUCCA LUCIANI …………………………………

==Ghjacumu Stuart 

           .1.
      Cu ‘ssu spiccu San Lurenzincu
      Mi n’appigliu qui da BASTIA
      Di si per l’omu niulincu
      Imbramatu di puesia
      Chi li ne porghju sti filari    
      Tutti quanti lindi e pari .
           .2.
      Per caggione ma cume prima
      Tengu contu di l’armunia
      Fendula corre incu rima
      Senza strappàssi una cria
      Quandu parechje strufulate
      Parenu puru bè stagliate .
           .3.
      Ver’ di Babbone cu sumiglia
      Di a Musa ne vo a latu
      Po’ cu l’embiu chi nun scumpiglia
      M’inzirmu tant’aggalabatu
      Rispettendu magaru l’ärte
      Pien’ di splendore ogni pärte .
           .4.
      Nu stu Corsu di naturale
      Possu cumpone ma perciondi
      Un bonu versu chi più vale
      Cu parulle di ‘ssi circondi
      Pe’ tuccà l’änima d’ognunu
      S’ell’unn’è di stintu caprunu .
           .5.
      Sta Lingua Corsa ch’o prategu
      Cu i mei l’aghj’amparata
      Nemmanc’avale nun a negu
      Pront’e lestu per l’impicciata
      Tramez’a tutti cu bon’ gärbu
      Cusi sempre di più cu nerbu .
           .6.
      Quante volte nu a miô vita
      Incu l’estru mi sô sfugatu
      O! cu piäcè sinnô per lita
      Cu ‘ssa Musa sippur’a latu
      Pe’ indittà in puesia
      Ciô ch’o pensu cu qualchissia .
           .7.
      L’indule probiu di famiglia           
      Di paru cu me corre dinu
      S’ell’un ne va cu strapp’e piglia
      Quantunque destu in caminu
      Ne facciu sente ‘sse canzone
      Chi di siguru sô cumpone .
           .8.
      Secondu ogni crcunstänza
      Impennu prestu cu manera
      Passiunatu po’ per pacienza
      Lasciu corre ‘ssa strampalera
      Incu ghjustezza chi più vogu
      Tante volte per ogni logu .
           .9.
      Figliulinu di SANDULETTA
      Di ‘ssu TRIBBIU in SAN LURENZU
      ‘Ssa puesia benedetta
      A sfug’anch’eju cume nënzu
      Bon’ puetu tra ‘ssi catagni
      O! GHJUVAN’ LUCCA LUCIANI .

   

                 

                    *********

Articles

L’alivi, de Rinatu Coti


L’Alivi di li me loca
Vistuta di fronda verdi
A to tràmula m’alegra
Disgrazia à chì ti perdi
Di li sèculi antichi
Ci manteni li vistichi.

Chì ti cogli hè cuntenti
Di lu stantu chì li veni
U to fruttu hè divizia
Chì adolca tanti peni
À lu fronti di lu natu
Cù lu segnu distinatu.

Quandu Cristu s’appruntava
Ad andà à lu turmentu
S’arrimbava à l’alivi
È li purtava lu ventu
U spaventu più atroci
Chè lu legnu di la croci.

Quandu tù alivi dolci
Da la màcina sè franta
È ci dà tuttu lu suchju
Chì si sbarsa è si smanta
Lu to oru hè framanti
Lu to donu hè lampanti.

À lu pòvaru chì pienghji
Parchì pati caristìa
Nant’à un pezzu di pani
Sè sustanza d’aligrìa
È di tè faci lusingu
Di lu to priziosu pingu.

Oliu di l’alivi nosci
Da frighja è da cundiscia
Chì t’aprada si ni vanta
Di avè la peddi liscia
Curi ancu li malanni
Di la ghjenti di cent’anni.

Si ralègrani li morti
Quandu casca lu graneddu
Altu sìmbulu di paci
Hè pruvenda di l’aceddu
Chì insegna zifulendu
Chì si campa sempri dendu.

I paesa sò smurtiti
Ùn ferma più mulatteri
Ci hè più casi ch’è parsoni
Sò frusti li sunaglieri
Ma lu cori paisanu
Senti nascia lu so branu.

Rimuderna quiddu franghju
Cù l’amor di lu maestru
Chì la màcina righjira
Ricurdendu lu so estru
Quandu si senti cantà
A ghjenti ‘n u benistà.

O tù sè lu nosciu vittu
Sè lu sboccu naturali
Di la noscia terra amata
Di la pàtria carnali
Dundi sò in a so fossa
Di l’antichi tutti l’ossa.

Oghji corri pà li stretti
Una brama chì ci porta
Ad andà in l’alivetu
Chì l’alivi ùn hè morta
È la ràdica funduta
Da noialtri hè di valuta.

Chì la luna fuss’ à falcia
O furmessi una conca
Virdieghja lu frundamu
Ancu di la vetta tronca
A campa lu nosciu stintu
Ad avà mai s’hè spintu.

A virtù hè fior anticu
À ghjuvori di dumani
Com’a rama di l’alivi
Chì si carca pà li mani
Di la nostr’umanità
In cerca di dignità.

Réédition d’un poème, première publication Musanostra en 2011

Articles

Retour sur images

Nathalie Malpelli présente le recueil de Jacques Fusina, Retour sur images, publié aux éditions Sammarcelli. Ce recueil marque le retour de Jacques Fusina à la création poétique en langue française, lui qui n’avait plus publié de recueil poétique dans cette langue depuis Soleils revus, en 1969.

On ne présente plus Jacques Fusina. Il est unanimement reconnu en Corse et même de façon tout à fait inconsciente , on a pu fredonner quelques uns de ses textes. Auteur incontournable, on ne pouvait que l’évoquer lors de cette soirée consacrée à la littérature corse. Modestement.

Retour sur Images. de Jacques Fusina - Editions Stamperia Sammarcelli, 2005  - Musanostra

Je me suis donc intéressée à un recueil de poésies intitulé Retour sur images publié en 2005 aux éditions Stamperia Sammarcelli. Les textes sont écrits essentiellement en français, ce que n’avait plus fait l’auteur depuis 1969. Œuvre mosaïque, elle regroupe des textes protéiformes qui ne sont pas présentés de façon chronologique.

Retour à l’enfance

Sa poésie est parfois proche du lecteur qui peut retrouver au hasard de quelques bribes des souvenirs enfouis. Par exemple le poème Enfance , quoique très court, sait parfaitement évoquer ce moment particulier de l’existence. On sera aussi sensible au texte Tristesse qui personnifie ce sentiment le rendant presque palpable aux yeux du lecteur. Le travail sur la langue ne nous laisse pas insensible. On pense beaucoup à Apollinaire, en lisant les textes de Jacques Fusina. Bien que les influences néo-surréalistes soient manifestes, on apprécie plutôt sa poésie mélodieuse, nostalgique qui vient des racines, de la terre.

Retour à la traduction

La partie intitulée Brefs m’a interpellée. Elle figure le travail du poète et en corse et en français. On réalise alors tout le sens qui est donné à la traduction qui est un véritable travail de recréation. On peut percevoir la force de la langue corse et la dimension musicale qu’elle possède de façon intrinsèque.

Enfin j’ai particulièrement apprécié le poème Face aux rayons ou In ochju à e spere présenté avec un collage de Jean-Jacques Torre. Puissance des mots, puissance de l’image, inter relations entre les deux expressions artistiques. Finalement, le recueil fut pour moi une lecture enrichissante. Surtout, elle encourage à aller vers d’autres textes de Jacques Fusina car il s’agit là forcément d’une des facettes de l’auteur.

En savoir plus

Jacques Fusina, Retour sur images, Biguglia, Sammarcelli, 2005.