Affichage : 1 - 2 sur 2 RÉSULTATS
Articles

Fratelli guerrieri La Grande Guerre, il y a 100 ans Pierre Lieutaud , traduit en corse par Francis Beretti

Pierre Lieutaud (auteur)
Francis Beretti (trad.)
 

Fratelli guerrieri

Avia principiatu di traversu,a guerra. Migliaia di giovani suldati vestiti di pantaloni rossi e di tuniche azzurre eranu stati falciati da e mitragliose a tempu ch’elli s’eranu slanciati a l’assaltu in terrenu apertu . U statu maggiore avia decisu d’interracci. Era a statina, aviamuspustatu a terra, sradicatu l’erbe e i fiori, scavatu gallerie, aggrotti cuperti di tronchi d’arburi, cun tappetti d’erbe secche. L’altri avianu fattu cume noi. Secondu u sensu di u ventu, sentiamu u rimore di e so zappe e e so parolle chi ùn ci capiamu un’acca…
Eccu u fronte : stu doppiu rangu di fossi. Fermi. Ancu noi, fermi, aspettendu l’ordine .per sorte all’apertu, accecati da u sole, per corre versu u nemicu, piglià e so trincee, tumbà quelli chi c’eranu, a fucilate, a pistulettate, a colpi di baiunette, e rimpiazzàlli. E guerre si vincenu un metru dopu l’altru, una trincea dopu l’altra, spiegavanu l’officiali.
Sta sera, si secca di freddu, hè piossu, mi so trascinatu nell’acqua, cume quelllu in faccia, quellu chi devu tumbà, almenu ch’ell ùn sii ellu à fallu. Hè bughju. Veghju. Ma chi diavule feremu qui, interrati cume talpe, luntanu di a vita umana, da l’imbrogliu di a nostr’esistenza, da a nostra famiglia, i nostri amori, mascherati in suldati in sta tragedia inutile ?
A so chi dopu sta guerra, i nemichi d’eri s’abbraccieranu, hannu da ricustruisce u mondu schjattatu, chi smenticherannu di i morti inutili, cume me, po esse.L’animali si cumbattenu, ma so scontri individuali, o di bande, per vive, per campà. L’omu, ellu cun a so intelligenza, a decisu di stragi senza fine, senza ragione,e senza limite.
Cume he ch’ ùn la femu a finita cun quessa ? Perchè a chjesa ùn s’alza micca per urdinà di fa piantà sti macelli di campagna induve cascanu l’omi, migliaia, decine di migliaia d’omi ? Per niente ! L’omi, ùn si manghjanu micca ! Allora, perchè ?
Stanu in faccia, cume mè, ubbligati di lascià e so case, e so famiglie, anch’elli ammaestrati per tumbà, senza sapè perchè, aspettanu. Se ne scontru unu, se ùn l’infilzu micca eiu, ellu m’infilzerà.

Mi trovu di fronte à un ghjuvanottu, chi mi pare tuttu un zitellu, insaccatu in u so vestitu di macellaiu, a spiccà i salti sopra i tafoni di e bombe, a francà e spine di fil di ferru. Stamane, s’è rasatu, a so pelle è chjara, s’è sciaccatu u so caffè, cun dui zuccheri, forse, ha scrittu a a so fidanzata, ha appiccicatu u so inveloppu cun a so saliva, ha scherzatu, per caccià i so penseri, cun altri, cume ellu, intanati in i fossi.
Ha francatu a scarpata dopu chi l’anu fattu inghjiuttì l’acquavita, ha corsu, mughjendu di paura, per fammi paura. Ha saltatu in u mo fossu, e avà è sbalurditu. Avanzà, installàssi, tumbà.I so ochji azzurri scintillanu di spaventu. Ci truvemu faccia a faccia. Ellu, è l’Alemanu , u me fratellu di lochi strangeri, e eiu, so u Francese ch’ellu deve tumbà. In i so ochji passanu i nuli. Esita, cume mè.
Quale è chi ha da tumbà, chi averà u so nome gloriosu incisu sopra u monumentu ? Chi averà una citazione a l’ordine di a nazione ? Ma quale nazione, o fratellu spaventatu ? Ti ha pigliatu a paura di more, a paura di tumbàmmi. Si appena imbriacatu , ma di fronte a tè, hai a vita, u to alter ego chi ti guarda. Se tu u cacci di u numeri di i vivi, mai ùn guariscerai. T’ubbligheghjanu a esse un animale per difende ùn si sà cosa. Mai ch’ella sia, ùn tumberai.
Per un mumentu, sogni à un pranzu in campagna indu tu e eiu canteriamu a listessa canzona. Scuppanu l’ordini, i gridi, i mughji, u soffiu di e bombe, u rimore sordu di corpi chi cascanu. E ancu se tu devi more a a mo piazza, ùn mi tumberai micca. Si un omu, e micca un cane, un lupu, un animale. E eiu, in faccia,aghju vistu bè a so esitazione. Aghju vistu trimulà i so occhji azzuri, trimulà e so mane;ùn feraghu nulla, e po tantu peghju s’ellu mi tomba ellu; ùn mi tocca micca a mè à tumballu.
Unu di i me cumpagni l’ha abbattutu in e spalle. M’ha lampatu un sguardu gattivu e ha cuntinuatu u so travagliu più luntanu, in una trincea chi ùn finisce mai.
Quale hè chi a vintu, quale hè chi ha persu? Quanti morti, Alemani o Francesi, in stu fossu, sta guerra medievale ? A pusà in a terra chi si n’hè falata, aspettu un biasimu, una cundenna, un esecuzione . Mi n’e infuttu pocu ; preferiscu esse tombu per avè prutettu una vita.
In terra, ghjace u zitellu alemanu. Dorme per sempre.In pettu, in un pozzu di sangue , un pacchettu di lettere legate cun una funicella.

 
Frères en guerre
création de Pierre Lieutaud
La guerre avait mal commencé. Des milliers de jeunes soldats aux pantalons garance et aux tuniques bleues étaient tombés dans la mitraille en partant à l’assaut en terrain découvert…L’état major avait décidé de nous enterrer. C’était l’été, nous avons retourné la terre, déraciné l’herbe et les fleurs, creusé des boyaux à ciel ouvert, des alcôves recouvertes de troncs d’arbres, au sol tapissé d’herbes sèches. Les autres avaient fait pareil. Quand le vent portait, nos entendions le bruit de leurs pioches et les mots incompréhensibles qu’ils se disaient.
Cette double rangée de tranchée, c’est le front. Immobile. Immobiles nous aussi, dans l’attente d’un ordre pour sortir au grand jour, éblouis par le soleil, courir vers l’ennemi, s’emparer de ses tranchées, tuer ses occupants, au fusil, au pistolet, à la baïonnette et s’installer chez lui…Les guerres se gagnent, mètre par mètre, tranchée par tranchée, ont expliqué les chefs.
Ce soir, il fait froid, il a plu, je patauge dans l’eau, lui aussi, là bas, celui que je dois tuer, à moins que ce soit lui qui le fasse. Il fait nuit noire. Je veille. Que faisons-nous là, enterrés comme des taupes, loin de la vie humaine, de notre petit écheveau d’existence, de notre famille, nos amours, déguisés en soldats dans cette tragédie inutile ?
Je sais bien qu’après cette guerre les ennemis d’hier s’embrasseront, reconstruiront le monde déchiré, oublieront les morts inutiles dont je serai, probablement. Les animaux se combattent, mais ce sont des combats individuels, des affrontements de hordes, pour vivre, survivre. l’homme, lui, avec son intelligence, décide de massacres sans fin, sans raison, sans limite.
Pourquoi ne pas arrêter tout ça, poursuivre, une pareille chose ? Pourquoi les églises ne se lèvent-elles pas pour arrêter ces tueries, ordonner qu’on ferme ces abattoirs de campagne où tombent les hommes, les milliers, les dizaines de milliers d’hommes. Pour rien. On ne les mange pas, les hommes. Alors, pourquoi ?
En face, comme moi, obligés de quitter leur maisons, leurs familles, dressés eux aussi pour tuer, sans savoir pourquoi, ils attendent… Si j’en rencontre un, si je ne l’embroche pas, c’est lui qui le fera. Je me trouve face à face avec un jeune homme aux traits d’enfant, engoncé dans son habit de tueur de trachées, d’arpenteur de trous de bombes, de sauteur de barbelés, ce matin, il s’est rasé, sa peau est claire, il a bu son café, avec deux sucres, peut être, il a écrit à sa fiancée, il a collé l’enveloppe avec sa salive, il a plaisanté, pour ne plus penser, avec d’autres comme lui, entassés dans la tranchée,
il a escaladé le talus après avoir bu une rasade d’alcool, il a couru, en hurlant de peur, pour me faire peur, il a sauté dans ma tranchée, et maintenant il est perdu, Avancer, occuper, tuer. Ses yeux bleus scintillent de terreur, nous sommes face à face, lui, c’est l’allemand, mon frère de là bas, moi je suis le français qu’il doit tuer, dans ses yeux passent des nuages, il hésite, moi aussi.
Qui va tuer, qui aura son nom glorieux gravé sur le monument, qui aura une citation à l’ordre de la nation ? Quelle nation, mon frère affolé ? Tu as peur de mourir, tu as peur de tuer, l’alcool te grise un peu, mais devant toi, tu as la vie, ton double qui te regarde. Si tu l’effaces des vivants, tu ne t’en remettras jamais, on t’oblige à être un animal pour défendre tu ne sais quoi. Non et non, tu ne tueras pas.
Tu rêves un instant à un déjeuner sur l’herbe où toi et lui chanteriez la même chanson. Les ordres fusent, les cris, les hurlements, le souffle des bombes, le bruit sourd des corps qui tombent montent de toutes parts, même si tu vas mourir à sa place, tu ne le tueras pas, tu es un homme pas un chien un loup, un animal  Et moi en face, j’ai bien perçu l’hésitation, j’ai vu vaciller ses yeux bleus, trembler ses mains. Je ne ferai rien, je ne le tuerai pas, tant pis si je meurs de ses mains…Je n’ai pas eu à le tuer. L’un de nous l’a abattu dans le dos. Il m’a regardé méchamment et a poursuivi sa besogne, plus loin, le long de la tranchée qui n’en finit pas.
Qui a gagné, qui a perdu, combien sont morts, allemands ou français dans cette tranchée, cette guerre du moyen âge ? J’attends, assis sur la terre éboulée, un blâme, une condamnation, une exécution. Je m’en fous, je préfère être tué pour avoir protégé la vie. A mes pieds, l’enfant allemand dort pour toujours. Dans le sang de sa poitrine baigne un paquet de lettres ficelées.

Articles

Traduire dites-vous ? (Langue et Sacré)

 par Ghjuvan Ghjaseppu FRANCHI

Jean-Joseph Franchi pour la revue Musanostra, s’est interrogé sur la pertinence de toute traduction 

Les choix possibles du traducteur (littéraire ) se ramènent à une alternative : amener l’auteur au lecteur, ou l’inverse. Il suffit, pour la première option, de citer l’exemple de Stephen Zweig – lui-même, à cette époque, l’auteur le plus traduit dans le monde – transposant en allemand les œuvres de Verhaeren, Verlaine, Baudelaire ou Keats, celui de Baudelaire traduisant Edgar Poe, celui de Marcel Proust – le Marcel d’avant la Recherche – se consacrant à John Ruskin, etc.

Dans ces cas de figure, un créateur se met au service d’un créateur pour donner dans sa propre langue, une œuvre qui possède la qualité artistique de l’original ou du moins s’en approche. On pense à l’impatiente modestie du Corrège devant la Sainte Cécile de Raphael : « anch’io son pittore », moi aussi je suis peintre !
Dans le camp d’en face, l’école Schleirmacher, une grosse machine de pensée allemande, préconise au contraire d’amener le lecteur dans le monde de l’auteur et en premier lieu sa langue. Pour le linguiste philosophe et théologien Berlinois (1768-1834) ce n’était pas difficile, son auteur de prédilection étant Dieu qui, on le sait, s’exprimait volontiers en hébreu, avant de ciseler, dans l’arabe du Coran et à la voyelle près, sa Révélation définitive. De nos jours, ce littéralisme est illustré par la traduction de la Bible d’Elie Chouraki qui transcrit au pied de la lettre les truculentes métaphores hébraïques, respecte le rythme syncopé de la syntaxe d’origine et va jusqu’à rendre tangibles les plus subtiles curiosités étymologiques du divin vocabulaire. L’objectif de Chouraki étant toutefois bien moins théologique que linguistique et littéraire, son résultat est un somptueux monument baroque qui mérite largement la visite.
Mais qu’en est-il de la langue corse par rapport aux grands modèles littéraires ? Doit-elle se les approprier ? Quid, par exemple, de la surprenante initiative de traduire les classiques français, comme il nous arriva de le faire, par bribes ou à titre d’échantillons significatifs ? Voici donc Montaigne, Voltaire ou Balzac passés au filtre d’un idiome rustique et populaire jusqu’à peu voué à ressasser de génération en génération la suite inchangée des travaux et des jours ! Serait-ce la condition pour que les Corses accèdent à ces auteurs ? Allons donc ! On ne nous soupçonnera pas, j’espère, de nourrir de telles coquecigrues ! Si les Corses sont parfois illettrés, c’est bien dans leur propre langue et non dans celle de Molière… Alors ? Alors c’est bel et bien ce parler culturellement marginal qu’il importe, malgré tout, de faire « entrer en littérature ». Il s’agit (on nous le répète) d’une langue essentiellement concrète (on le lui reproche), charnelle, oh combien, et c’est là sa chance !… À l’instar, n’en doutons pas, de toutes les « lingue tagliate », les langues amputées qui ont survécu aux identités englobantes du siècle dernier et à la mondialisation de celui-ci, loin des autoroutes de la pensée planétaire, ces parlers véhiculaient souvent une approche vivante du monde, tout un trésor d’images, de tournures, des fulgurations de mots qui ne demandent qu’à être recyclés dans une création contemporaine (avant de retomber en clichés à la centième redite, mais…. ceci est une autre histoire !). Vierge dans le domaine littéraire, notre langue ? Disons demi-vierge : elle a encore tant à montrer… Mais depuis une certaine renaissance des années 70, elle s’y essaie. Avec des fortunes diverses, elle s’y essaie…
Bon ! Une littérature « nustrale », soit ! Une modernité puisée à l’héritage des vieux dires, pourquoi pas ? Mais… en quoi aurait-il besoin de l’hommage des pensées étrangères notre petit dieu «casanu », ce « parlatu corsu » que nous nous obstinons à vénérer « tel qu’en lui-même, enfin, l’Éternité le change ». Certes, nous avons accepté, bon gré mal gré, ses ambitions nouvelles mais ne déplorons-nous pas, encore et encore, la perte irréparable du Verbe Unique qui transcendait la moindre communauté agro-pastorale par la magie d’une inépuisable oralité ? Et le Riacquistu, ce graal retrouvé (ou presque) ne l’avons-nous pas éperdument célébré en son temps !… Alors ? Pourquoi sacrifier au culte des Grands Auteurs, ces vaches sacrées d’une autre culture ?


En réalité il ne s’agit pas, en les traduisant, d’œuvrer pour la Plus Grande Gloire d’écrivains qui n’en ont nul besoin, mais de démontrer les capacités de la langue qui prétend s’y confronter (la nôtre en l’occurrence). Imaginez que l’un ou l’autre de ces Créateurs, emblèmes reconnus du génie français (et universel) eût été corse. Tout cela demeure hypothétique et virtuel : notre langue aurait pu… aurait dû… si l’histoire du pays eût été autre, etc.… si… si… mais, bon ! Imaginons…Avec la culture, le talent et la sensibilité qui furent les siens, voici donc notre auteur doté (pour les besoins de la démonstration)… du seul parler de nos villages ! Son œuvre aurait-elle été ce qu’elle est ? Pour avoir une idée de la réponse, l’épreuve de la traduction semble un critère fiable à la condition de s’imposer, si j’ose dire, un double cahier des charges : d’une part ne pas trahir l’auteur – foin des « belles infidèles » chères au traducteur-artiste ! – d’autre part et surtout, défendre et illustrer la langue d’accueil dans ses spécificités idiomatiques amalgamées en vase clos dans un creuset de siècles, à la différence, notons-le des grandes sœurs romanes (essentiellement le français, l’italien et l’espagnol) qui ont évolué de concert, finissant par fondre leurs syntaxes, leurs stylistiques et leurs rhétoriques dans des standards reconnaissables. En se mesurant aux sacro-saints « classiques » il s’agissait, en somme de « frotter notre cervelle à celle d’autrui » (Montaigne dixit), et, en l’occurrence, un autrui fondamentalement différent un « alien » ! Que ressort-il de cette confrontation ? Un parler de paysans aurait-il pu engendrer dans son coin et avec ses seules ressources, une littérature d’un niveau comparable à celle d’une grande civilisation de culture écrite ? Si oui ce serait la preuve que l’instrument linguistique (dans ses formes les plus archaïques que nous sommes quelques-uns à privilégier) est aujourd’hui suffisamment performant pour servir aux œuvres littéraires du futur ! Car la traduction n’est pas un but en soi, mais un simple exercice destiné à souligner la robuste différence entre les deux langues et les possibilités inemployées de la nôtre (si tant est que l’on ne se contente pas d’un ersatz de corse qui consiste à copier/coller le texte à traduire en l’affublant d’un maquillage identitaire à base de finales en « u », « i » et « a », ce qui n’aurait strictement aucun intérêt !).
Les exemples vivants étant d’un autre pouvoir, qu’en est-il sur le terrain ? Nous disposons, en réalité, de peu de travaux démontrant la possibilité de sculpter la pensée créatrice d’autrui dans un matériau résistant et pérenne qui serait tout simplement la langue corse. À la suite de Matteu CECCALDI avec ses « Lettare da u me mulinu : Fole di u Luni » (Les Lettres de mon moulin : Contes du Lundi, d’Alphonse Daudet) publié en 1980 chez Klincksieck, citons néanmoins, par curiosité – instructive – un florilège de « textes choisis » de Pascal, Montesquieu, Chateaubriand, Voltaire, etc. excellemment transposés en corse par Studii Corsi di Tilò, une petite association culturelle toulonnaise des années 80. On peut y adjoindre l’inoubliable – mais bel et bien oublié – Intantu de Dumenicantone GERONIMI (traduction intégrale de « En attendant Godot » de Becket) ainsi que le « Principellu » de Santu CASTA (traduction du Petit Prince de Saint Exupéry) et dans une moindre mesure Knock dettu in corsu , adaptation quelque peu fantaisiste de la pièce de Jules Romain par le signataire de ces lignes. Last but not least, et bien qu’il ne s’agisse en rien d’un classique de la littérature française on ne saurait enfin omettre « U Vangelu » (ABU, 1994), traduction corse des quatre évangiles par une équipe interconfessionnelle de linguistes et de théologiens à partir de l’original grec.
Ces modestes essais pourront-ils, un jour, être transformés ? Aux lecteurs de dire et… aux censeurs de s’insurger !
 
Jean-Joseph Franchi-Pour la 1ère édition de la revue Musa Nostra, s’est interrogé sur la traduction