Musanostra organisera sa quatrième conférence de fin d’année en décembre. Cette année, elle sera consacrée aux liens entre le marquis de Sade et Les Lumières.

Sade : des Lumières à la Terreur

À l’heure de la Révolution française, le marquis de Sade s’interroge : comment fonder une loi suffisamment douce pour que celle-ci ne réprime pas le naturel des hommes ? Dans La Philosophie dans le boudoir, le Marquis tente de répondre à cette question en présentant au lecteur une initiation au libertinage. Dans une série de dialogues philosophiques pervertis, Madame de Saint-Ange, avec l’aide de son frère incestueux, le Chevalier de Mirvel, et de son jardinier, institue l’éducation sexuelle de sa fille Eugénie.

Dialogues philosophiques, dans la mesure où Sade adopte le dispositif classique de la philosophie socratique, le dialogue, pour inviter à une réflexion sur les moeurs ; pervertis, dans la mesure où Sade pousse le discours sur le droit naturel à l’outrance : le droit naturel recèle un tyrannisme, un despotisme sexuel, sous l’éloge de la simplicité et de l’innocence de la nature. En d’autres termes, derrière l’incitation au plaisir se dissimule la soumission de l’individu à la force. S’il s’agit d’un texte rigoureusement optimiste, c’est un optimiste cruel dans lequel le Banquet philosophique se change en carnage. C’est pourquoi nous nous demanderons : comment Le Marquis, dans La Philosophie dans le Boudoir, subvertit-il les principes des Lumières au coeur de la Révolution ?

Bibliographie
  • Sade, La Philosophie dans le boudoir, Paris, Gallimard, coll. Folio classique, 2015.
  • Sade, Oeuvres, T.3, Paris, Gallimard, coll. Pléiade. Édition de Michel Delon avec la collaboration de Jean Deprun, 1990.
  • Simone de Beauvoir, Faut-il brûler Sade ?, Paris, Gallimard, coll. Blanche, 1972.
  • Maurice Blanchot, « L’insurrection, la folie d’écrire », dans L’Entretien infini, Paris, Gallimard, coll. Blanche, 1969, p.272-287.
  • Éric Bordas, Sade.La Philosophie dans le boudoir , Paris, Gallimard, coll. Foliothèque, 2010.
  • Michel Camus, Philippe Roger, Sade : la crise, Colloque de Cerisy-la-Salle, 19-29 juin 1981, Paris, Bordas, 1983.
  • Annie Le Brun, Sade : attaquer le soleil, Paris, Musée d’Orsay, Beaux Arts, 2014.
    • Soudain d’un bloc d’abîme, Sade, Paris, Gallimard, coll. Folio, 2014.
    • Les Châteaux de la subversion, Paris, Gallimard, coll. Folio, 1986
  • Antoine Lilti, L’Héritage des Lumières, Paris, EHESS, Gallimard, Seuil, coll. Hautes Études, 2019.

Vous pouvez également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *