Coralie Camilli vient de publier Insulaires aux Éditions Vérone. Du Japon à sa Corse natale, elle révèle l’importance de l’insularité dans son écriture.

Par Francis Beretti

Des îles sous le vent

Son livre s’appuie sur deux motifs : les îles, et le vent. Les pages défilent, dans cette oeuvre, légères comme sous une brise de printemps.

Un kaléidoscope de souvenirs, de personnages et « d’extraits de vie ». « Pipa » le berger taciturne « aux mains fatiguées et rocailleuses » qui « savait nommer les sentiers et les arbustes, les vents qui dévalaient la colline » , Pampasgiolu le berger joueur et improvisateur ; l’adolescent qui s’avance d’un pas gauche dans la pièce écrasée de soleil, vers le bureau où s’est assise la jeune fille dont les cheveux sentent encore le sel de la plage : un instant banal ,un instant d’éternité.

Toshio, le maître à l’aisance féline, qui fascine ses élèves : « J’ai vu un seul de ses gestes et mon cœur trop plein s’est effondré comme une ruine ».

On y trouve aussi Yukoshio, le samourai qui s’était apprêté minutieusement à se faire trancher la tête pour son Shogun, mais dont la dernière pensée n’était pas adressée à son maître, mais à la belle « aux lèvres luisantes, pâle comme une fleur de cerisier au printemps ».

La Corse de Coralie Camilli

Coralie n’idéalise pas sa terre natale : « c’est une terre âpre, qui racle le fond de la gorge et égratigne les mollets qui courent à travers le maquis : c’est la terre des chemins de l’enfance ».

On sent que la discipline des exercices physiques et la méditation philosophique ont influencé son écriture. « Avoir peur et ne pas le montrer, aimer mais ne pas le dire, faire mais sans rien attendre, tout offrir et ne rien posséder, reprendre tous les matins le même chemin, sans jamais s’en plaindre, et garder le meilleur pour l’étranger de passage sans lui poser de questions. Savoir qu’il repartira -et en sourire, – car les gloires sont éphémères, et les adieux provisoires : ne restent que les souvenirs ».


Qui est Coralie Camilli ?

La jeune femme, originaire de Calvi, est docteure en philosophie (Université de Paris XII) , diplômée de langues et cultures hébraïques et est également reconnue par ses pairs comme sportive de haut niveau ; elle pratique avec succès la boxe et l’aïkido.

Elle a été reçue par Musanostra en 2021 pour le célèbre Festival E Statinate. Il se déroule chaque année en août sur la commune de Lumio, en Balagne. Lors des entretiens menés par Marie-France Bereni Canazzi et kévin Petroni dans ces lieux magnifiques, elle a su montrer que l’effort permanent de réflexion comme celui de dépassement physique la caractérisent.

Coralie Camilli enseigne à Paris mais ses diverses occupations l’amènent à beaucoup voyager.

Coralie Camilli est l’auteure des ouvrages. Le Temps et la loi est paru en avril 2013 aux Presses Universitaires de France. L’Art du combat a édité chez le même éditeur en 2020.

En savoir plus

Coralie Camilli, Insulaires, Paris, Editions Verone, 2023

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *