Marie-France Bereni-Canazzi et Kévin Petroni interrogent la philosophe Coralie Camilli sur son oeuvre. Au programme de cet entretien, Kafka, le messianisme juif, l’aïkido, la recherche du geste parfait, la littérature et la philosophie.

“C’est pourquoi, sitôt que l’âge me permit de sortir de la sujétion de mes précepteurs, je quittai entièrement l’étude des lettres. Et me résolvant de ne chercher plus d’autre science que celle qui se pourrait trouver en moi-même, ou bien dans le grand livre du monde, j’employai le reste de ma jeunesse à voyager”. Tels sont les mots de René Descartes dans Le Discours de la méthode. Tels sont les mots que l’on pourrait attribuer à la philosophe Coralie Camilli. Elle écrit dans ses Jours de grâce et de violence, publiés aux Éditions Vérone: “La découverte de la philosophie, loin de m’avoir donné le goût des études, m’avait, à défaut ou à raison, donné au moins la curiosité de l’existence” (P.23).

Chercher dans le grand livre du monde la méthode de votre propre existence. C’est sans doute le trait d’union entre ces quatre ouvrages : Le Temps et la loi, publié aux Puf, La Fin de l’innocence. Une relecture du Procès, publié aux éditions L’Harmattan, Un ouvrage sur L’Art du combat, publié aux éditions Puf et un récit autobiographique, récit fragmentaire, brouillant les dates et les lieux, fruits de ces moments marquants dans son existence . Un livre de philosophie, un livre de littérature. Descartes cherchait dans un récit autobiographique à formuler son entreprise de sagesse. Dans ces œuvres, la pratique des arts, littéraires ou martiaux, joue un rôle essentiel dans son métier de philosophe.

Bibliographie
  • Coralie Camilli, L’Art du combat, Paris, PUF, coll. Perspectives critiques, 2020
    • La Fin de l’innocence. Une relecture du Procès de Kafka, Paris, L’Harmattan, 2020
    • Jours de grâce et de violence, Paris, Editions Vérone, 2020
    • Le temps et la loi, Paris, PUF, coll. Perspectives critiques, 2013.

  • René Descartes, « Le Discours de la méthode », dans Oeuvres et lettres, Paris, Gallimard, coll. Pléiade, 1937.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *