EXTRAIT – Michèle Corrotti, auteure, avec Philippe Peretti, des romans Petite Italie, Les Mauvais sujets et Entre chien et loup, publiés aux Editions Alain Piazzola, nous propose un extrait du Docteur Jivago de Boris Pasternak.

Ils allaient, ils allaient toujours, et lorsque cessait le chant funèbre, on croyait entendre, continuant sur leur lancée, chanter les jambes, les chevaux, les rafales de vent. Les passants s’écartaient pour laisser passer le cortège, comptaient les couronnes, se signaient. Les curieux se joignaient à la procession, demandaient : « Qui enterre-t-on ? » On leur répondait : « Jivago. » « Ah bon ! Je comprends ! —  Mais non, pas lui. Elle.  — C’est égal. Dieu ait son âme. Un riche enterrement. »

Uniques, irrévocables, défilèrent les derniers instants. « La terre du Seigneur et tout ce qu’elle recèle, l’univers et tous ses vivants. » Le prêtre, traçant de la main un signe de croix, jeta une poignée de terre sur Maria Nikolaïevna. On entonna « Avec les âmes des justes ». Puis ce fut la précipitation. On ferma le cercueil, on le cloua, on le fit descendre. Comme un roulement de tambour, une pluie de mottes s’abattit sur la tombe qui fut comblée en toute hâte, à quatre pelles à la fois. Un monticule s’éleva. Un petit garçon de dix ans monta dessus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *