Fugue

« Depuis la sixième, au lycée de Bastia, en 1961 », se souvient Bernard Filippi pour évoquer la force de sa complicité avec Antoine Graziani ; jusqu’au bac où les études de Lettres pour l’un et l’entrée aux Beaux Arts pour l’autre ont été déterminantes.

Ils se retrouveront à Paris, étudiants, et au fil des décennies, en Corse, chacun s’affirmant dans son art. Ensemble ils ont publié 4 livres.

Avec Saint Jean Baptiste, paru aux Editions du Cap en 1993, leur première collaboration, Bernard, parce qu’une colline de sa région, à Pianiccia, s’appelle « A punta di San Ghjan Battista »et que ce saint représente pour lui l’avant-garde, avait sollicité Antoine et il se souvient : 
« de mes peintures il a fait naitre un texte et puis j’ai fait des gravures à partir des textes, comme une réponse de l’un à l’autre . L’un commençait et l’autre continuait ». Depuis il y a eu «Partita» avec Jean-Louis Giovannoni et Jean Paul Pancrazi, puis «Ombres réitérations» des lithographies illustrant le texte .

Antoine Graziani a enseigné la littérature française dans une université américaine, Sarah Lawrence Collège, il écrit de la poésie et des textes sur l’art. Plasticien et lithographe Bernard Filippi a été conseiller pour les Arts plastiques à la CTC, chef du service de la création et des pratiques artistiques. Tous deux vivent et travaillent en Corse. Leur recueil Fugue, travail d’orfèvre de leur éditeur, L’Atelier des Grames, met à l’honneur les textes d’Antoine et les 18 aquarelles originales de Bernard qui les accompagnent. Avec grand talent Anik Vinay a donné vie dans son atelier de Gigondas à cet ouvrage magnifique pour lequel «on a fonctionné comme avant, on a retrouvé notre accord créateur ». « Cette fois, Antoine a écrit, j’ai reçu et lu ses textes ; ici sa poésie est très liée à la nature et, comme ma peinture, à un vision du paysage corse. Un coup d’œil sur les nuages lointains. »

Les exemplaires uniques, où le bleu domine, comportent des variantes, légères mais sensibles : parfois la tonalité est plus mauve, le violet apparaît ou le bordeaux. « Selon ce que j’ai éprouvé ce jour là, une tension par exemple comme un souffle d’orage, la pluie imminente, le ciel, le paysage» confie Bernard Filippi.

« Selon la proportion induite de rouge ou de bleu…J’ai imaginé ma participation comme un cadre adapté aux émotions dégagées, aux images nées de ses mots. Cela m’a pris près de 5 mois, une démarche de complémentarité. Un vrai travail d’artiste et d’artisan, ce livre, car la construction, avec le texte emboîté, mis au centre, est faite par rapport à l’objet, comme un cœur enchâssé dans une couverture de plomb bruni. Une nouvelle occasion de créer ensemble, comme avant, de reprendre notre fugue amicale et esthétique. «Fugue» se développe comme un texte/poème où les pages tournées se répondent ; la fugue commence et finit par un silence (de plomb). » 

Marie-France Bereni Canazzi

La reproduction n’étant pas possible, c’est une œuvre unique que les bibliophiles et autres amateurs d’art vont acquérir.

A commander à :

Atelier des Grames 84 190 Gigondas 04 90 65 82 05

Ou à Bernard Filippi, 5 boulevard François Salini 20 000 Ajaccio 06 74 98 95 20 www.bernarfilippi.com 

Antoine Graziani a souvent collaboré avec des artistes et a fait des études  importantes sur l’esthétique et les créations des plasticiens. Il est l’auteur de nombreux recueils poétiques et de publications dans de prestigieuses  revues.

Publicités

Vous pouvez également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *