Affichage : 1 - 4 sur 4 RÉSULTATS
Articles

U Balcone, Ghjacumu Thiers, Albiana 2016

Ludovic Baris Pezet 

U Balcone hè un rumanzu scrittu da Ghjacumu Thiers, isciutu in u 2016, conta 232 pagine frà e quale 20 capituli.

A scena si passa in u 1975. Durente a perioda di u Riacquistu. Conta a storia d’una parsona anziana, bella vechja, « chì li hè vinuta l’età nantu » (p.18), Agata Fulleoni, chì si ramenta da a so casa di pensione Ave Maria, sott’à a direzzione di madama Poli Arnesini, occupata da e duie serve Julie è Mélodie, è da a sicritaria Francesca Pinettini ; tutta a so ghjuventù passata cù u so maritu Petru, da u principiu, vali à dì, da u scontru trà i dui parsunaghji in Colmar durenta a festa di l’Armistizia (da duve u cugnome d’Agata à u filu di u rumanzu « L’Alsassiana »), chì Petru era militariu, u mumentu ch’elli si sò visti pè a prima volta. 

Cunfideghja à u lettore Agatta ch’ella era cum’è una ricunniscenza piuttostu cà una rimarca. Veru colpu di fulmine discrittu à e pagine 13 è 14 di u rumanzu :

« Rimarcatu, rimarcatu.. soca saria megliu à dì ricunnisciutu ! Tutti quant’è no simu, ùn avemu in un scornu di a nostra mente, a forma o l’ombra d’isse persone chì sò quì, propiu à mezu à noi, è chì parenu cusì luntanu da a stonda è di ciò chì si passa ? 

O ancu :

 « Mi sò intesa trasundà, affascinata è certa di avè ritrovu quellu ch’o avia persu, in un’altra vita in quantu à mè, è chì issa stonda bella è strana mi rendia cusì, un rigalu bellu è pienu cum’è a pace.. » 

Una parolla nantu à u modu d’offre à u lettore u ricordu ch’avarà Agata. Ùn esiteghja micca l’autore Ghjacumu Thiers à ghjucà cù  U tempu chì Berta filava, paragunendu a sturietta di « La madeleine de Proust » veru classicu di a literatura francese, cù « U fumu di u caffè caldu di madama Fulleoni » à a pagina 12.

I lochi di Colmar sò ancu più chì prisenti, si ponu leghje à i pagini 12 è 13, lochi cum’è Krutenau, a piazza Turenne, a Lauch, e ringhere di a calatta…

Da u so sughjornu, si stà bè à Agata Fulleoni in casa di pensione.

U coppiu s’hà da tramuttà si in Corsica

Hà messu dui anni Ghjacumu Thiers à scrive issu rumanzu.

Trè epiche sopralineghjanu a storia :

  1. A festa di l’Armistizia dopu à a prima guerra mundiala.
  2. A fine di l’anni 1920. In paese di U Matticciu
  3. L’annu 1975 in casa di pensione.

A rifarenza di u nome di u paese U Matticciu, vole dì chì situeghja u paese in Corsica Suprana (Cismonte), duve a custruzzione di case fatte da matticciu. Invece chì in Corsica Suttana (Pumonte) sò fatte e case da a granita.

In issu paese un parsunaghju assai simpaticu, hè quellu di u fattore, assai riservatu, abbastanza timidu, ma chì hà una capacità tamanta à a literatura è à a cunniscenza di i classichi, in uppusizione cù a ghjente di u paese stessu.

Si pò leghje à a pagina 21 :

« Quandu l’altri paisani facianu l’ortu o a partita à bocce o u giru di e cantine cun l’amichi, ellu pigliava una scusa o l’altra è si tirava à l’ombra una carreia o si stracquava longu tiratu sottu à un arburu di a curtalina è cacciava d’istacca e Bucoliche o e Metamorfosi d’Apuleiu è mettia à leghje, quasi vergugnosu di ùn fà cum’è l’altri, ma ùn si ne pudia impedì… »

Aspittarà Agata u vultà di u maritu chì si ne andatu pè isse isule uceaniche à truvà l’allegria assoluta, mandarà trè lettere, eppo dopu più nunda… Agata l’aspittarà quarant’anni dopu nant’à u balconu di a casa. 

Da duve u titulu di u rumanzu.

A prima volta chì u balcone hè ammentatu in u rumanzu hè a a pagina 23, quandu si tratta à truvà un nome à a sgiocca bianca bianca chì si chjamarà Gninina pè ride si di u fratellu u fratellu di Paulandria :

« Era Madama Fulleoni, Agattuccia l’Alsassiana, chì avia lampatu quellu nome da u so balcone, ghjustu di punta à a casa di Paulandria. »

I libri citati da Ghj Thiers anu una funzione attiva in i so rumanzi. Marc Chadourne « Vasco » 1927. A dumanda a più impurtanta di u rumanzu è chì tutti i parsunaghji si facenu : Cosa hè diventatu Petru ?

Articles

Salina, Les trois exils, de Laurent Gaudé, Actes sud 2018

  par Pierre Lieutaud

 

Un chant funèbre du fond des temps. D’amour, de haine et de vengeance. Des personnages éblouissants de lumière, un monde archaïque au grand soleil dans les éboulis de pierres brûlantes, les monts et les plaines, entouré d’un infini de dunes qui font comme un océan où tout se perd, se dissout, où disparaissent à jamais les destins incontournables des hommes. Où tout est écrit et absolu.

Le récit par Malaka, le fils de deux mères, de la  vie de Salina, l’enfant aux larmes de sel, l’enfant malheur du royaume des lacs abandonnée par les siens pour calmer la malédiction des dieux, déposée un matin à l’orée d’un village Djimba, perdu au milieu du désert…Recueillie par Mamanbala qui l’élève comme son enfant, mariée de force à Saro, l’époux sauvage, l’un des fils du chef du village, alors qu’elle aime son frère Kano, brutalisée,violée, mère d’un fils, Mumuyé, étrangère au clan haïe par Khaya, sa belle mère, Salina assiste, impassible, à la mort de son époux sur un champ de bataille.

Refusant de lui donner son frère Kano pour époux,comme le voudrait la tradition, Khaya la sépare de son enfant et la bannit. Exilée au-delà des terres, elle enfante Koura kumba, un enfant homme, l’enfant colère qui sera le bras armé de sa vengeance, tuera son frère Mumuyé et Sissoko, le chef du village. Sa marche solitaire dans le désert reprend jusqu’au jour où méconnaissable, vieille, sèche, noire comme un animal épuisé, elle retrouve le chemin du village. Reconnue, attachée à un pieu, livrée aux hyènes qui l’épargnent,rejetée par Kano, marié et père d’un enfant, Salina, une fois encore, retourne seule dans le désert.

A la limite du monde, un cavalier s’approche, c’est Alika, la femme de Kano qui lui fait don de son enfant… « C’est mon dernier né, Salina, le fils d’une mère aimante, je te l’ai apporté parce qu’il doit y avoir un don entre Salina et les Djimba. Il n’y a qu’ainsi que tout pourra cesser ».

Malaka, l’enfant de deux mères et d’une paix scellée grandira auprès d’elle et l’accompagnera dans son exil jusqu’à sa mort. Il portera son corps au delà des montagnes et atteindra un rivage ou l’attendent une barque et un vieil homme, Darzagar le passeur, qui les conduira jusqu’à l’ile cimetière où s’ouvriront les portes de l’au-delà.

Un récit vertigineux, tragique et profondément original, une polychromie barbare qui parle d’amour éternel, de fureur, de châtiments, de destins immuables, de vies  brulées pour accomplir un devoir d’existence.Où la mort semble attendre son heure avec patience pour laisser aux personnages, demi dieux plus qu’humains, le temps d’accomplir leur tâche avant de sombrer dans le néant.

Dans une succession de  tableaux au relief lumineux, où la réalité semêle au fantastique, au rêve, aux légendes, l’auteur revisite avec virtuosité les mythes et les traditions anciennes qui ont peuplé notre imaginaire …Le champ de bataille où la mort descend sur l’époux sauvage sous le regard indifférent de celle qu’il a maltraitée, le combat mortel des frères, la toilette mortuaire de Salina par son fils, la barque des morts qui va vers l’ile cimetière…L’île cimetière où s’ouvrent les portes l’au-delà où Salina, la mère aux trois fils,la femme aux trois exils, entrera dans l’éternité et dans la  légende.

.

Articles

Le cirque de la solitude, Nadia Galy, Albin Michel , 2018

par Michèle Corrotti

Notre Belle de l’étoile a frappé fort. Uppercut ! Crochet du droit ! Ou du gauche ? Indéterminable. Comment cette Saint-Pierraise, Algérienne de surcroît, Parisienne évidemment, a osé s’emparer non seulement de la Corse mais de son paysage politique ? C’est à ne pas y croire. Quoi, les derniers staliniens, les néo-natios, les historiques arpentant avec elle allègrement tous les chemins de notre pays ! De quoi perdre ses repères. Pire encore, cette géographie sociologico-politico-locale s’inscrit dans un temps vaguement indéterminé, mais au futur assurément. Incursion dans la politique fiction, genre fort prisé actuellement, version opéra space comme Le Parrain autour d’une histoire familiale digne de la tragédie grecque. Rembobinons. Nous sommes à la veille d’élections cruciales, le référendum sur l’indépendance de la Corse, et un leader nationaliste charismatique, intelligent et beau garçon s’apprête à relever les défis d’une victoire annoncée. Le pauvre, ce qui l’attend, c’est un chemin de croix.
Mais pas pour le lecteur qui lui, s’étonne, s’indigne, s’amuse de reconnaître ou pas, se passionne pour ce héros sous les pas duquel il voudrait jeter des pétales de rose quand l’auteur lui impose une couronne d’épines. Ce personnage christique et sa solitude. Ils sont avec lui, à côté de lui et devant et derrière lui, mais le soulagent bien peu. Jacques est grand. Il est le plus grand de tous, si grand qu’il doit se courber pour leur concéder une part du fardeau.
Heureux lecteur devant qui s’ouvre le roman comme un chemin de randonnée, à la découverte de la Corse. Car Nadia Galy le dit volontiers, « la Corse est une personne. Elle s’invite à votre table, pénètre votre assemblée, votre langue, votre vie et vous donne beaucoup en échange. »
La terre corse, elle est là, omniprésente. Inégale ou inéquitable même avec les morts. Il y a ceux pour qui elle se fait légère même si à l’heure du grand départ, la notoriété impose son poids de discours, de gerbes et de marbre – Le peuple est venu de Mausoleu, de Bastia, de tous les villages du Cap, de toute l’île, de tout le continent et presque du monde entier l’exalter (le Diu vi salvi Regina) d’une voix ancestrale… (Toussainte)… elle avait beau être communiste invétérée, elle n’en était pas moins d’ici et, ici, on part avec la bénédiction de la Vierge ou bien on ne part pas.- et ceux sur qui elle pèse pour enfouir, pour effacer les souvenirs et les identités comme celle du travailleur clandestin, victime d’un accident dans les vignes et enterré comme un chien, où ? Mais n’importe où, dans le maquis, c’est tout !
Cette chronique de la Corse de demain est furieusement contemporaine. Elle est servie par une langue qui chante et qui cogne, forgée patiemment, élaborée, fignolée où chaque mot doit peser son poids de chair, de sensations. Une langue de l’incarnation. Happé dès la première phrase, portant sur son dos au fur et à mesure de l’avancée du récit cette histoire d’amour, de trahison et de haine, le lecteur ne s’en sortira pas indemne. S’il connaît la Corse, il entamera in petto un dialogue animé avec l’auteur, s’il la découvre, il lui viendra peut-être la curiosité d’aller sur place se faire une idée de cette île qui défend si farouchement son identité.
Sa planche de salut avait été la Corse de son père. Il en était imprégné. Elle et lui indivis, comme chaque maison, comme la dernière des maisons du dernier lieu-dit avant la fin de la route. Comme elle, il appartenait à une foule, à trois cent mille habitants qui se chamaillaient, se bloquaient, s’empêchaient de vivre en changeant d’avis, en se contrariant, en s’invectivant et en créant, paradoxalement, le feu ardent qui les motivait et les tenait en vie, en famille. Architecte comme son héros, écrivaine telle qu’en elle-même, Corse du destin partagé comme l’eau et le pain, et peut-être Mazzera, Nadia Galy fort heureusement n’a pas écrit son dernier mot.

Les ouvrages de Nadia Galy, tous publiés chez Albin Michel
Alger, Lavoir Galant (2007) – Le cimetière de Saint Eugène (2010) –La belle de l’étoile (2014) Le cirque de la solitude (2018)

Articles

Compléter les blancs de Keiichirô Hirano, traduit par Corinne Atlan-Actes sud (2017)

par Marie-France Bereni Canazzi
Tetsuo revient  après trois ans d’absence, c’est peu et c’est très long, bien des choses ont changé ; d’autant qu’il s’est suicidé, ce qu’il ignore au début, et que sa réapparition ne règle pas la question du pourquoi ! A ce moment-là au Japon des cas similaires défraient la chronique, avec les soucis de réinsertion que l’on imagine.

Il n’a plus le souvenir des derniers moments d’avant sa mort mais ne peut croire s’être rendu coupable d’un tel acte : il n’aurait pu abandonner ainsi sa femme Chika et son fils Riku âgé d’à peine un an. En plus au travail tout se passait relativement bien, sa dernière idée, la bière qui se boit à la canette devenue verre grâce à une ouverture complète, promettait un franc succès…
Il repense juste à quelques tensions avec le gardien de son entreprise à cause des coups que celui-ci avait donnés à un pigeon. A-t-il été tué pour si peu ? La philosophie de cet homme mouche comme il se définit a-t-elle déstabilisé Tetsuo ?
Tetsuo veut comprendre pourquoi il aurait pu sauter du haut toit de l’immeuble de sa société et interroge son médecin, le légiste, le personnel de son entreprise. Son ordinateur lui en apprend un peu plus, les divers témoignages le confortent dans l’idée qu’il ne s’est pas tué, mais qu’on l’a tué ! Il voulait vivre !
Il rencontre d’autres suicidés revenus à la vie et nous, lecteurs, on admet cela sans problème, tellement le fantastique est présent et nécessaire même à cette réflexion sur le suicide, sur les motivations du passage à l’acte et les effets que cela a sur les membres de la famille. Il rencontre également un psychiatre et ne cesse d’avancer vers une meilleure connaissance des mécanismes qui l’ont mû.
Une enquête, assez sereine, menée pas à pas, policière et psychologique ; on n’a pas vraiment envie de tourner les pages pour en savoir vite davantage : des longueurs parfois, des passages attendus sur les plats préparés au foyer, sur le monde professionnel, les silences et la réserve de sa femme. Mais ceux qui lisent la littérature japonaise apprécieront justement cette plongée dans un passé récent, celui d’un homme d’aujourd’hui, qui se livre finalement, par touches, en démêlant les fils de sa propre complexité, à l’autopsie de sa société, le Japon d’aujourd’hui. La fiction ici interroge sur le drame de ceux qui partent plus tôt et de leur propre gré, sur  la violence qu’ils ont subie et sur celle que subissent, forcément, ceux qui leur survivent.

 
Paru au Japon en 2012, en France en 2017 ( !)