Sylvestre Rossi nous invite à relire, durant le confinement, ces quelques extraits de La Métamorphose de Kafka.

1

Un matin, au sortir d’un rêve agité, Gregor Samsa s’éveilla transformé dans son lit en une véritable vermine. Il était couché sur le dos, un dos dur comme une cuirasse, et, en levant un peu la tête, il s’aperçut qu’il avait un ventre brun en forme de voûte divisé par des nervures arquées. La couverture, à peine retenue par le sommet de l’édifice, était près de tomber complètement, et les pattes de Gregor, pitoyablement minces pour son gros corps, papillotaient devant ses yeux. — Qu’est-il advenu de moi ? Pensa-t-il. Ce n’était pas un rêve. Sa chambre, une vraie chambre humaine quoiqu’un peu trop petite, était là, paisible entre les quatre murs familiers.

2

Une légère indisposition, un accès de vertige, m’ont empêché de me lever. Je suis encore au lit. Mais maintenant je me sens à nouveau frais et dispos. Je viens de sortir du lit. Encore un petit instant de patience ! Cela ne va pas encore aussi bien que je le pensais. Mais je me sens déjà tout à fait bien. Comme ces choses arrivent brusquement ! Hier soir, j’allais parfaitement bien, mes parents le savent. Ou plutôt, déjà hier soir, j’ai eu un petit pressentiment. On aurait dû s’en rendre compte. Pourquoi n’ai-je pas prévenu au magasin ? Mais on imagine toujours qu’on peut venir à bout du mal sans garder la chambre.

3

Rejeter la couverture, rien de plus simple ; il n’avait qu’à se gonfler un peu, elle tomba toute seule. Mais la suite des opérations était plus délicate, surtout parce qu’il était excessivement large. Il aurait eu besoin de bras et de mains pour se redresser; or, au lieu de cela, il n’avait que ces nombreuses petites pattes sans cesse animées des mouvements les plus divers et de surcroît impossibles à maîtriser. Voulait-il en plier une, elle n’avait rien de plus pressé que de s’étendre; et s’il parvenait enfin à exécuter avec cette patte ce qu’il voulait, les autres pendant ce temps avaient quartier libre et travaillaient toutes dans une extrême et douloureuse excitation. — Surtout, ne pas rester inutilement au lit, se dit Gregor.

4

Ce fut là qu’il passa toute la nuit, tantôt plongé dans un demi-sommeil dont les affres de la faim le réveillaient en sursaut, tantôt remâchant son inquiétude et ses vagues espérances pour finir toujours par conclure que son devoir était provisoirement de se tenir coi et de rendre supportable aux siens, par sa patience et ses égards, les désagréments que sa situation leur imposait malgré lui.

Vous pouvez également aimer :