Poema da : Stefanu Cesari

Carnavali

Oghji poi fà ciò chì tu voli,

sutt’à u pilamu neru chì sangunighja sempri,

sutt’à a farraglia chì sona,

Parlà cù a bucca di a màscara par annuncià chì tu ghjunghji,

un muccichili davant’à l’ochja duvintati salvàtichi,

a tarra à i labbra,

Hè una vita sfarenti purtata com’è un pilonu,

è ùn ti s’apparteni ancu, corpu à carrià di parichji bestii,

hè unu sforzu tesu versu d’altri sforza più grandi,

d’assalti è di battaglia,

di risistenza à a mani lebbia,

di i ziteddi à carruseddu,

Oghji ti poi creda carri par a festa, è u focu s’e tu voli,

nimu ti cunnosci meddu chè i to fratedda d’armenti,

màrchjani inversivi chì a traccia si perdi

è quì si manteni par tistimoniu,

in li pàgini d’un libru,

d’un capu d’annu à l’altru

a so impronta strana,

è a to faccia manghjata d’una vita bestiali,

hè purtata in cori com’è un’ inghjermatura.


Carnaval

Aujourd’hui tu peux faire ce qu’il te plaît 
sous la peau noire
sous le fer des sonnailles,
Parler par la bouche du masque annonçant ta venue
une hure en avant tes yeux disparus sous la soie,
la terre aux commissures,
C’est l’emprise d’une vie qui ne t’appartient pas encore,
elle est de plusieurs bêtes et ce corps à porter,
c’est un effort tendu vers d’autres efforts plus grands
d’élan dans la bataille,
d’une résistance à la main légère,
posée dans les manèges par l’enfant traversant,
Aujourd’hui tu peux te penser chair pour la fête ou le feu si tu veux,
personne ne te connaît mieux que tes frères du troupeau,
qui marchent à l’envers que l’on perde leurs traces,
ici on garde pour témoignage
d’année en année
leur empreinte séchée
dans les pages d’un livre,
et le souvenir de ton visage mangé par la grande vie bestiale, 
il est porté au cœur comme un talisman.

Da leghje ancu : A leghjenda d’Ondina, una puesia di U Sallichju

Vous pouvez également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *