Eugène Gherardi, professeur des Universités à l’Université de Corse, spécialiste de l’histoire culturelle et de l’éducation en Corse, parle avec Kévin Petroni de ses travaux sur l’école en Corse.

Franciser la Corse

Au XIXe siècle, la France souhaite assimiler la Corse. Pour ce faire, l’école est le lieu idéal. Construction de collèges et de lycées dans l’île, promotion de la langue française, instauration des cérémonies de remise de prix, formation des instituteurs devenus fonctionnaires depuis Guizot… Disons-le simplement : la France instaure en Corse une institution qui est censée fabriquer des citoyens français.

Une représentation injuste de l’éducation en Corse

Néanmoins, cette instauration de l’école républicaine en Corse ne se réalise pas sans écueil. L’inspecteur Moure, chargé de l’instruction publique dans l’île, dénonce un territoire vierge de toute culture, un idiome irrespectueux des valeurs du progrès que la Révolution a érigées.

À écouter aussi : La Corse des Lumières

Depuis l’Abbé Grégoire, la langue porte avec elle des valeurs : “par l’influence respective des mœurs sur le langage, et du langage sur les mœurs, ils empêchent l’amalgame politique, et d’un seul peuple en font trente”. La nation une et indivisible doit former les institutions qui permettent de propager sa langue et, à travers sa langue, ses lois.

La Corse, terre d’autonomie par l’éducation

La Corse, terre frontalière avec l’Italie, est alors réduite à un rôle de mauvais élève largement injustifié. De l’importance des Jésuites dans l’édification des collèges, en passant par la révolution corse qui bâtit une université à Corte, l’île est loin d’être une terre aux moeurs barbares. Bien au contraire, elle pose les fondements de l’autonomie par l’éducation. 

Avec Eugène Gherardi, professeur des Universités à l’Université de Corse, spécialiste de l’éducation en Corse, de l’histoire culturelle insulaire, nous allons revenir sur cette période de transition entre la domination culturelle italienne et la domination culturelle française de l’île. Ainsi, nous nous demanderons dans quelle mesure la Révolution entraîne une transformation de l’éducation en Corse.  

En savoir plus

Vous pouvez également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *