Francis Beretti évoque avec Kévin Petroni la place de la Corse au sein des Lumières et l’importance de James Boswell dans la popularité de Paoli en Europe.

À partir de 1730, la Corse se révolte contre la Sérénissime République de Gênes. Gênes dominait alors l’île depuis le XIIIe siècle. Néanmoins, la brutalité des Génois, les impôts excessifs, le désir d’indépendance des habitants venaient à bout de la domination de la République, sur le déclin en Méditerranée. L’esprit de résistance de l’île rencontre alors l’esprit de réforme qui souffle en Europe.

Qu’est-ce que les Lumières ?

Le siècle des Lumières, fondé sur l’expérience contre le préjugé, la loi contre le privilège, la tolérance contre le fanatisme, le droit naturel contre le droit absolutiste de la grâce, trouvait dans la Corse un exemple politique de sa philosophie.

À lire aussi : La Ghjustificazione présentée par Jean-Guy Talamoni

Voltaire s’amuse des déboires de Théodore de Neuhoff dans Candide ; dresse l’éloge du courage insulaire et de l’esprit de Liberté des soldats de Paoli, tandis que Rousseau se rêve en législateur de cette petite “île qui étonne l’Europe”.

La Corse, régime le plus avancé du XVIIIe siècle

Les Corses ont fondé sous Paoli un État moderne : égalité entre les hommes et les femmes, accès à l’éducation, monnaie, imprimerie, tout est organisé pour assurer aux Corses leur autonomie. Les auteurs des Lumières s’apprêtent à faire connaître l’île dans l’Europe entière, au point que cette dernière suscite des vocations. James Boswell, écrivain écossais, se rend sur les conseils de son ami Rousseau sur l’île. Il y rédige son État de la Corse (Ed. Albiana, 2020).

Boswell, chroniqueur des mœurs corses

Il rédige la description d’une île éclairée, la plus avancée d’Europe, menée par un fin législateur. Cette conception permet de populariser la Corse en Europe. Elle assure de l’île une vision primitiviste. Elle pose le cadre d’un “heureux naturel” des Corses, bientôt subverti en état de sauvagerie par les rapporteurs français.

Bibliographie

Francis Beretti, Antoine-Marie Griaziani, Correspondance de James Boswell, Ajaccio, Piazzola, 2008.

Francis Beretti, Pascal Paoli en Angleterre : Trente-trois années d’exil et d’engagement, Ajaccio, Piazzola, 2015

Jean-Marie Arrighi, Lucien Bély, Francis Beretti, Pasquale de Paoli (1725-1807) : La Corse au coeur de l’Europe des Lumières – Musée de la Corse, Corte, Du 23 juin au 29 décembre 2007, Ajaccio, Albiana, Musée de la Corse, Collectivité de Corse, 2007.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *