Marie-France Bereni-Canazzi interroge Kévin Petroni au sujet de son essai, L’Adieu aux aspirations nationales, publié aux Classiques Garnier. Heidegger, Hegel, Ricoeur, Georg Luckàcs, Jean-Paul Sartre, Marie Susini Ernesto de Martino, Angelo Rinaldi, s’invitent à la table pour éclairer les ouvrages de Marc Biancarelli, Jérôme Ferrari et Jean-Baptiste Predali

Présentation de l’ouvrage
L'Adieu aux aspirations nationales

À travers cette étude des romans Le Sermon sur la chute de RomeMurtoriu et Nos Anges, il s’agit de présenter la crise des formes de vie que traverse la société corse depuis son passage d’une société traditionnelle à une société de consommation.

L’essai se présente comme un parcours du renoncement. Après avoir voulu renouer avec leur pays natal, les personnages font la douloureuse épreuve d’un déchirement causé par le changement du village en une périphérie. Ainsi les héros se trouvent confrontés à un choix : demeurer ou partir.

À lire aussi : Situation de Jérôme Ferrari

Épigraphe

Tout ce que je veux aujourd’hui, c’est,
après ce moment d’ivresse et de liberté
étouffante, couper toute possibilité de
recours et de lâcheté, c’est ce que demain
peut-être je peux encore désirer au-delà
de tout, m’empêcher de m’inventer un
nouveau sol natal, c’est m’arracher à toute
étreinte possible pour achever, dans la
sérénité et l’extase, la magnifique trajectoire de ma chute.

Jérôme Ferrari, Variétés de la mort.
En savoir plus

Kévin Petroni, L’Adieu aux aspirations nationales, Paris, Classiques Garnier, coll. Étude de littérature des XXet XXIe siècles, 2020.

Vous pouvez également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *