Paulo Coelho, écrivain brésilien rempli de spiritualité et « Messager de la paix » auprès des Nations Unis, nous susurre dans ces romans philosophiques des messages spirituels sur la vie. Éclectique, il nous parle des religions et enrichit ses œuvres de philosophie pour sublimer nos âmes.  

Par : Agnès Ancel

L’Alchimiste, œuvre majeure de l’auteur, distille de jolies pensées, ce qui explique son succès international. Dans ce livre, il nous incite à écouter les signes et à vivre notre légende personnelle, désir oublié dans le secret de nos cœurs, qu’un léger souffle de vent suffit parfois à éveiller.         

Celle de Santiago, le berger héros du récit, se manifeste par un rêve de trésor enfoui aux pieds des pyramides d’Égypte. Songe prémonitoire ou chimère illusoire, le doute embrumera un temps ses pensées. Mais son souhait de liberté le guidera dans un voyage spirituel rempli de renoncements et de nouveaux départs.  

 

Un roman thérapeutique

L’Alchimiste ressemble au début d’une thérapie. Santiago réfléchit à ses choix et à son rôle sur cette terre. Les questions existentielles, « Qui suis-je ? » « Où vais-je ? » « Quelle est ma mission en ce monde ? » se dessinent à travers les lignes du roman. Il nous interroge sur la vie et la mort mais aussi sur l’amour, source vive de notre existence.        

L’auteur discrètement, nous livre en secret sa définition du bonheur. Libérons-nous du passé sur lequel nous ne pouvons plus agir et ne spéculons pas sur l’avenir encore inconnu, mais vivons chaque seconde avec intensité. Car dit-il « Si tu peux demeurer dans le présent, tu seras toujours un homme heureux ».    

Trouver l’éclair de nos existences  

Alors aux pas languissants des chameaux, Santiago apprend à écouter les signes dans le silence du désert. Au rythme lent de sa monture, il médite et son être s’illumine peu à peu de l’âme du monde. 

À lire aussi : Soie, d’Alessandro Baricco par Agnès Ancel


Ce que Paulo Coelho appelle signe, je l’appellerai intuition. Cette petite flamme intérieure crépite en nous et attend avec impatience d’éclairer nos vies.

Une incitation à la liberté

Vous l’aurez compris. Ce livre dégage une magie et ouvre nos cœurs à d’autres possibles. C’est le début d’une aventure, d’un long chemin d’introspection vers une nouvelle liberté.

Une fois ce roman philosophique terminé, vous souhaiterez peut-être approfondir les messages semés par l’Alchimiste et cueillir de nouvelles idées, Peut-être essayerez-vous de lire Les dieux voyagent incognito de Laurent Gounelle ou bien Illusions ou le messie récalcitrant de Richard Bach ? Quel que soit votre choix, vous y trouverez sûrement votre bonheur.

Je terminerai ma chronique sur ce récit lumineux, par cette citation de Richard Bach : « Ce que la chenille appelle la fin du monde, le maître l’appelle un papillon ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *