EXTRAITS – Philippe Alessandri nous propose un extrait du roman de Graham Greene, Orient express, publié aux éditions Robert Laffont.

Suivant du regard la cendre qui s’allongeait au bout de son cigare, Myatt songeait. Il aimait ces instants où il se sentait seul en face de lui-même et ne craignait aucune rebuffade, ces instants où, ses émotions apaisées, son corps goûtait le bien-être. La nuit précédente, il avait vainement essayé de travailler, mais le visage de la jeune fille était venu s’interposé entre lui et les chiffres ; maintenant elle était confinée à la place qui lui convenait. Bientôt, quand viendrait le soir, elle lui manquerait sans doute, alors il la trouverait là. A cette idée il éprouva de la tendresse et même de la reconnaissance pour elle, surtout peut-être parce qu’elle ne laissait point s’attarder derrière elle de fantôme importun. Myatt pouvait maintenant se rappeler sans regarder ses papiers les chiffres qu’il avait été incapable d’arranger. Il multipliait, divisait, soustrayait, voyant de longues colonnes s’inscrire le long de la vitre, se détachant en transparence sur les silhouettes des douaniers et des employés qui allaient et venaient sans qu’il les remarquât. Quelqu’un demanda à voir son passeport, la cendre se détacha de son cigare et il retourna à son compartiment pour ouvrir ses valises. Coral n’était pas là. Il pensa qu’elle était au lavabo. Les douaniers tapèrent sur sa valise:  » Et celle-ci ? – Elle n’est pas fermée, dit-il. La dame n’est pas là. Vous n’y trouverez rien.  » Seul à nouveau, il s’installa confortablement dans son coin et ferma les yeux pour mieux réfléchir à l’affaire Eckman. Quand le train s’ébranla, quittant Subotica, il s’était endormi. Il rêvait qu’il montait l’escalier qui menait au bureau de M. Eckman ; sans tapis et obscur, cet escalier aurait pu tout aussi bien conduire à quelque appartement mal famé près de Leicester Square, au lieu de mener au siège social de la plus grande maison d’importation de raisins secs en Europe. Il ne se rappela pas avoir franchi la porte, mais l’instant d’après il se trouva assis face à face avec M. Eckman.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *