Rien n’est noir est un roman coloré dans lequel Claire Berest met en lumière le destin extraordinaire de Frida Kahlo. Une œuvre éclatante, à l’image de cette icône féministe. L’ouvrage a remporté le grand prix des lectrices ELLE en 2020.

Par : Caroline Vialle

Comment démêler le roman de l’Histoire, la biographie du fantasme ?

Claire Berest entre dans l’univers de Frida avec tout le fracas de sa vie. Elle partage avec nous les excès, les contradictions et les passions de cette femme au destin à la fois fulgurant et tragique. Avant tout, on retiendra la couleur, la trahison ; autant que l’amour, la douleur et le courage d’une artiste malgré elle, qui n’a jamais vécu qu’à travers tous les autres.

Notamment sa famille. Son père « photographe taciturne », sa mère « grenouille de bénitier » et ses sœurs chéries. Et d’autre part, ses amis d’enfance, ses multiples amants et son Amour Diego Rivera, le « Munstruo » de la peinture et de l’amour. Celui qui sera à la fois le chemin et le déchirement d’une vie brisée dès le départ par «  l’Accident ». Dans un univers haut en couleur et en verbe, dans une culture qui nous est étrangère et exotique ; mais dans laquelle malgré tout, nous, méditerranéens, nous retrouvons par touches ; la vie de Frida nous est dévoilée en autant de chapitres que de tableaux.

À lire aussi : Miss Jane ou le dépassement du handicap

Un lascif goût de mort

Chez cette femme abîmée dans son corps enfant, qui porte déjà en elle sa liberté et son excentricité ; nous comprenons ce qui a fait d’elle une artiste reconnue par tous, tardivement, de son vivant par ses pairs et le monde culturel de l’entre-deux guerres.

Frida Kahlo

Elle repoussera toute sa vie le noir de son existence à grands coups de couleurs qui viendront s’étaler à la fois sur ses toiles et ses colifichets de déesse mexicaine. Une Frida que ses excès en tout, douleur, alcool, amour et générosité, précipiteront vers une mort prématurée. Au moins aussi sûrement que son corps brisé.

« Il faut un lascif goût de mort pour qu’une fête soit réussie. »

Claire Berest signe un roman biographique écrit comme l’artiste peintre a vécu et qui nous laisse chancelants.

Vous pouvez également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *