Un an après avoir éprouvé « le choc de la peinture physique » des Fauves au Salon d’automne de 1905, Braque part pour le Midi. D’octobre 1906 à février 1907, il séjourne à l’Estaque, près de Marseille. Un séjour placé sous le signe de Cézanne, qui avait déjà peint ces sites dans les années 1870.

Par : Kévin Petroni

Qui pouvait dire qu’un petit port de pêche, situé au nord de Marseille, deviendrait le lieu d’une des plus célèbres révolutions picturales du XXe siècle, le cubisme ? L’Estaque, avait déjà accueilli Cézanne, Monet ou encore Renoir à la fin du XIXe siècle. Elle n’avait cependant pas encore connu le scandale.

La mer et le soleil de l’Estaque : la période fauve de Braque

Lorsque Georges Braque se rend à L’Estaque pour la première fois, il n’a que vingt-quatre ans. A l’époque, Braque n’est qu’un jeune homme inconnu, fasciné par un mouvement soutenu par son père, nourri par ses camarades havrais, Matisse et Derain : le fauvisme. Ce dernier, issu de l’impressionnisme et du pointillisme, s’attache particulièrement à la couleur, plus précisément à la recherche de tons purs, assez intenses, qui doivent conduire le spectateur à l’éblouissement. Le fauvisme est avant tout une pensée chromatique du paysage.

Travaillant en atelier, Braque décide de se rendre sur place. Soutenu par son grand ami Derain, il souhaite s’inspirer du soleil et de la mer pour fonder son propre code de couleur, et ainsi modeler autrement l’espace. Ses premières œuvres restent dans la grande tradition fauviste. Son Port de l’Estaque est largement nourri par le pointillisme et par le style de Cézanne, de même pour son Paysage de l’Estaque. Braque est à la poursuite de couleurs très vives, très lumineuses. Ses séries de tableaux, tantôt tournés vers la côte, tantôt vers l’arrière-pays, ses sentes, son pont, ses vallées, permettent au peintre de se concentrer sur une série d’éléments qui forgeront sa signature.

À lire aussi : Matisse et la lumière

Braque entremêle les références, renonce au point de fuite, multiplie les signes, afin de créer un effet compact et diffus. On peut résumer ses tableaux ainsi : une accumulation de petites casemates, sous le pont, deux arbres et un chemin. La peinture de Braque est foisonnante, et pourtant, déjà tournée vers l’essentiel. A l’automne 1907, son Viaduc de l’Estaque dévoile des maisons réduites à leur plus stricte représentation. Alors que le rapport au réel était essentiel pour les fauvistes, Braque semble opter pour une peinture plus abstraite. Il marque une rupture avec le mouvement.

Georges Braque, Le Viaduc de l’Estaque, automne 1907, Huile sur toile, New York, The Leonard A.Lauder Cubist Trust

Braque et ses “petits cubes”

Beaucoup connaissent l’influence de Picasso sur le cubisme ; mais peu de gens savent que le cubisme est en réalité né dans l’atelier de Georges Braque. La faute en revient à Apollinaire, ardent défenseur du cubisme, qui mésestimait Braque, et adorait Picasso. Et pourtant, le cubisme résulte bien des réflexions de Braque sur l’art. Henri Kahnweiler, collectionneur et marchand d’art, admirateur du grand Juan Gris, consacre une exposition à Braque en 1908. Durant cette exposition, Braque dévoile de nouvelles vues du Viaduc de l’Estaque. Les maisons ressemblent de plus en plus à des cubes, on les distingue de moins en moins facilement dans l’espace. Ces dernières semblent placées de travers, se fondre avec la colline et les arbres.

Georges Braque, Le Viaduc de l’Estaque, 1908, huile sur toile, Paris, Centre Georges Pompidou, Musée national d’art moderne.

Braque vient d’opérer une révolution, identique à celle de Picasso avec ses Demoiselles d’Avignon. Il vient de faire éclater les règles de la perspective. Depuis Léonard de Vinci, et son Homme de Vitruve, le monde est géométrique, à taille humaine. Avec Braque, la perspective, que tout le monde considérait comme naturelle, redevient une simple convention. Et le monde, pour reprendre le trait d’esprit de Matisse, n’est plus que “petits cubes” se promenant dans l’espace. Mais ne nous trompons pas sur la nature de ce geste : Braque ne réalise pas des petits cubes pour le plaisir ! Il propose un nouvel agencement de l’espace qui fondera l’ensemble de sa peinture : l’art de l’essentiel. Braque détruit pour mieux réagencer.

Puiser dans le réel

Braque réduit, condense, ménage, ce qui chez l’homme peut se fondre avec la nature. Par ce geste, il désire révéler l’essence du monde. L’homme disparaît du tableau, le règne de la forme commence, et avec elle le sentiment de devoir puiser derrière le réel un plus haut sens.

À lire aussi : Matisse à Ajaccio

L’Estaque est le lieu où commence la peinture pour Braque, c’est aussi le lieu à partir duquel elle opère une de ses plus grandes révolutions. Braque n’a pas seulement changé notre manière de percevoir un tableau, il a insufflé chez les artistes et les poètes de son temps une nouvelle manière de percevoir le monde. Ainsi, la poésie de Pierre Reverdy, art de l’essentiel fondé sur la recherche de l’impersonnel, du collage, du blanc typographique et de quelques détails spatiaux doit beaucoup à Braque et à son désir de bouleverser les conventions.

Vous pouvez également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *